Recherche pour "Premières Nations"

Afficher 41-60 de 198 résultats
Article

Confédération des Neutres

La confédération des Neutres était une alliance politique et culturelle de nations iroquoiennes qui vivaient dans le district de Hamilton‑Niagara dans le sud‑ouest de l’Ontario et, par‑delà la rivière Niagara, dans l’ouest de l’État de New York avant leur dispersion par les Sénécas au milieu du XVIIᵉ siècle. Certains des Neutres survivants immigrent vers l’ouest et le sud, où ils sont assimilés dans diverses communautés Haudenosaunee (Iroquois). En raison de cette dispersion, les renseignements concernant l’histoire des Neutres antérieure à leur contact avec les Européens proviennent principalement des Relations des Jésuites et des fouilles archéologiques.

Article

Assiniboines

Les Assiniboines (aussi appelés Nakoda Oyadebi) sont un peuple autochtone canadien qui habitait traditionnellement les Plaines.

Article

Tagish

Traditionnellement, les Tagish étaient des chasseurs et pêcheurs des forêts boréales. Vers 1800, cependant, la quasi-disparition de la loutre de mer, causée par la traite des fourrures euroaméricaine, crée une demande pour les belles fourrures des animaux de l'intérieur.

Article

Haisla (Kitamaat)

La nation Haisla contemporaine est un amalgame de deux groupes : les Kitamaats du chenal marin en amont de Douglas et celui de Devastation, ainsi que les Kitlopes du chenal de Princess Royal et du canal Gardner, en Colombie-Britannique. Les Kitamaats se nomment eux-mêmes Haislas (habitants en aval de la rivière) et les Kitlopes se nomment Henaaksiala (qui meurent lentement), une référence à leur longévité traditionnelle. Les appellations officielles Kitamaat (peuple de la neige) et Kitlope (peuple des rochers) ont été adoptées à partir des noms utilisés par les Tsimshians pour désigner leurs voisins Haislas.  

Article

Tionontati (Pétuns)

Les Tionontati (aussi appelés Pétuns) sont un peuple autochtone de langue iroquoienne très proche des Hurons-Wendats. Les Français les appelaient Pétuns parce qu’ils cultivaient le tabac, ou petún, mais ils s’appelaient eux-mêmes Tionontatis. Après la guerre contre les Haudenosaunee au milieu des années 1600, les Tionontati et d’autres survivants, comme les Attignawantan (un peuple huron-wendat) et les Wenrohronon (ou Wenro), se rassemblent pour former les Wendat, aujourd’hui appelés Nation Wyandotte (ou Wyandot). De nos jours, la Nation Wyandotte est une tribu reconnue par le gouvernement fédéral de l’Oklahoma aux États-Unis. On retrouve aussi des communautés Wyandotte au Michigan (les Wyandots de la Nation Anderdon) et au Kansas (Nation Wyandot du Kansas).

Article

Dinjii Zhuh (Gwich'in)

Le terme Gwich’in (anciennement appelé Kutchin), qui signifie « celui qui y habite » ou « l’habitant de », désigne les Autochtones de la nation dénée, qui parlent une langue athapascane et qui vivent dans le Nord-Ouest de l’Amérique du Nord. Ces communautés comprennent la nation Gwich’in, qui est souvent appelée Dinjii Zhuh. Les Gwich’in compteraient entre 7 000 et 9 000 représentants répartis dans diverses communautés de l’Alaska, du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest.

Article

Tahltan

Les Tahltans, peuple autochtone de langue athapascane, occupent une zone entourant la rivière Stikine, dans le Nord-Ouest de la Colombie-Britannique. Bien qu'ils se désignent eux-mêmes par plusieurs appellations, le mot « Tahltan » vient de la langue de leurs voisins, les TLINGITS.

Éditorial

Éditorial : John Humphrey, Eleanor Roosevelt et la Déclaration universelle des droits de l'homme

En 1946, John Humphrey devient directeur de la Division des droits de l’homme des Nations Unies et Eleanor Roosevelt est nommée représentante des États-Unis à la Commission des droits de l’homme de l’ONU. M. Humphrey était alors un obscur professeur de droit canadien, tandis que Mme Roosevelt était la femme la plus célèbre du monde. Pendant deux ans, ils collaboreront à la rédaction de l’un des documents les plus importants de l’histoire du monde moderne : la Déclaration universelle des droits de l’homme, ratifiée le 10 décembre 1948.

Article

Tlicho (Dogrib)

Les Tlicho (Tłı̨chǫ), aussi appelés Dogrib, sont un peuple autochtone du Canada. Ils appartiennent à la désignation plus large des Dénés qui sont des peuples autochtones de la grande famille linguistique athapascane (ou athabascane). Le nom qu’ils se donnent eux-mêmes est Doné, ce qui veut dire « le peuple. » Pour se distinguer de leurs voisins dénés, incluant les Dénésulines, les Esclaves, les Sahtu Got'ine, et les Lièvres, ils en sont venus à s’identifier comme Tlicho, un mot qui veut dire « côte de chien » en cri, et qui fait référence à une histoire de la création. En 2005, l’accord tlicho, qui permet aux Tlicho de prendre possession de 39 000 km2 de leurs terres traditionnelles, devient le premier accord d’autonomie gouvernementale combiné à la revendication territoriale des Territoires du Nord-Ouest. Selon le Bureau de la statistique des Territoires du Nord-Ouest (2019), la population de la région des Tlicho sur le territoire est de 2983 habitants.

Article

Nuxalks (Bella Coola)

Les Nuxalk sont un peuple autochtone au Canada. Leurs terres ancestrales se trouvent à Bella Coola, en Colombie-Britannique, et dans les environs. Le terme « Bella Coola » désignait autrefois collectivement les Nuxalk, les Talio, les Kimsquit et certains Kwatna qui habitaient les villages aux alentours du bras de mer North Bentinck et de la vallée de Bella Coola, du bras de mer South Bentinck, du chenal Dean et de l’inlet Kwatna. Depuis la fin des années 1970, les Nuxalk se sont appelés la nation nuxalk, terme dérivé de celui qui désignait autrefois exclusivement les habitants de la vallée de Bella Coola. En 2020, le gouvernement du Canada a indiqué que la population enregistrée des Nuxalk était de 1741 personnes, dont 899 vivant en réserve. (Voir aussi Premières Nations et Peuples autochtones de la côte nord-ouest du Canada.)

Article

Tsuut’ina (Sarsis)

Les Tsuut’ina (Sarsis) sont un peuple des Premières Nations athabascanes (ou déné) dont la réserve borde les limites sud-ouest de Calgary, en Alberta. On croit que le nom « Sarsi » vient d’un mot de la langue des Siksikáí’powahsin (Pieds-noirs) et qu’il signifie audace et robustesse. Le peuple Sarsi s’appelle Tsuut’ina (également Tsuu T’ina et Tsúùt'ínà) qui se traduit littéralement par « beaucoup de gens » ou « tous ceux (de la Nation) ».

Article

Premières Nations

« Premières Nations » est le terme utilisé pour désigner les peuples autochtones du Canada autres que les Métis et les Inuits. Les membres des Premières Nations sont les premiers occupants des territoires qui constituent aujourd’hui le Canada et ce sont les premiers Autochtones à être entrés en contact soutenu avec les Européens, les villages de colons et le commerce qui en a découlé. Lors du recensement de 2016 de Statistique Canada, 977 230 personnes au Canada ont déclaré être d’ascendance des Premières Nations, ce qui représente une croissance de 39,3 % depuis 2006. Il existe 634 Premières Nations au Canada, qui utilisent plus de 50 langues distinctes.

Pour de plus amples renseignements sur des Premières Nations particulières, voir Peuples autochtones au Canada.

Article

Délégués Indiens au Canada

Les agents des Indiens sont les représentants du gouvernement canadien dans les réserves des Premières Nations des années 1830 à 1960. Travaillant souvent dans des lieux isolés loin des communautés de colons, les agents des Indiens mettent les politiques gouvernementales en place, appliquent les dispositions de la Loi sur les Indiens et gèrent les affaires quotidiennes des Indiens enregistrés. De nos jours, le poste d’agent des Indiens n’existe plus, puisque les Premières Nations gèrent leurs affaires elles-mêmes par le biais de conseils de bande ou de gouvernement autonomes.

Article

Algonquins

Les Algonquins sont un peuple autochtone ayant historiquement occupé certaines parties de l’ouest du Québec et de l’Ontario, avec pour centre la rivière des Outaouais et ses affluents. « Algonquin » ne devrait pas être confondu avec « Algonquien », qui désigne un groupe linguistique et culturel beaucoup plus grand comprenant des Premières nations telles que les Innus et les Cris. Le recensement de 2016 dénombre 40 880 personnes se disant d’ascendance algonquine.

Article

Siksika (Pieds-Noirs)

Les Siksika, aussi connus sous l’appellation de Pieds‑Noirs, sont l’une des trois nations qui composent la Confédération des Pieds‑Noirs. (Les deux autres sont les Piikani et les Kainai.) Dans la langue des Pieds‑Noirs, Siksika signifie « Pieds‑Noirs ». En 2018, la nation des Siksika dénombre 7 497 membres inscrits, 4 095 d’entre eux vivant dans une réserve en Alberta.

Article

Demasduwit

Demasduwit (aussi connue sous les noms de Shendoreth, Waunathoake et Mary March), une des dernières Beothuk (née en 1796; morte le 8 janvier 1820 à baie des Exploits, Terre-Neuve). Demasduwit a contribué à la préservation de la langue et de la culture des Beothuks. En 2007, le gouvernement du Canada l’a reconnue comme une personne d’importance historique nationale. 

Article

Ojibwés

Les Ojibwés (Ojibway, Chippewa) sont un peuple autochtone du Canada et des États-Unis appartenant au grand groupe culturel des Anishinaabes.

Article

Salish de la côte centrale

Les Salish de la côte centrale occupent encore aujourd’hui les territoires qu’ils habitaient historiquement autour de la vallée du Bas-Fraser et sur la partie sud-est de l’île de Vancouver au Canada. Ces peuples incluent les Squamish, les Klallum, les Halkomelem et les peuples des détroits du Nord.