Recherche pour "Nunavut"

Afficher 1-13 de 13 résultats
Article

Willie Adams

Willie Adams, sénateur libéral, homme d’affaires et électricien inuit (né le 22 juin 1934 à Kuujjuaq [anciennement Fort Chimo], au Nunavik, dans la province du Québec). À titre de premier sénateur inuit au Canada, Willie Adams a sollicité le soutien du gouvernement fédéral pour répondre aux besoins de son peuple en matière de soins de santé, d’éducation, d’infrastructures, de revendications territoriales, d’allocations de pêche et d’accès abordable à la nourriture, au logement et à l’essence. Il s’est activement impliqué dans la création du Nunavut et a soutenu les droits langagiers, l’art et la culture et les méthodes de chasses traditionnelles des Inuit, notamment la chasse au phoque.

Article

Coral Harbour

Coral Harbour, hameau du Nunavut; pop 834 hab. (recens. 2011), pop. 769 hab. (recens. 2006), const. en 1972. Coral Harbour est situé à la tête de la baie sud de l'ÎLE SOUTHAMPTON, dans la baie d'Hudson, à 715 km au sud-est d'IQALUIT.

Article

Chien inuit canadien

Le chien inuit canadien (Canis familiaris borealis) constitue l’une des cinq races de chiens reconnues par le Club Canin Canadien, qui emploie le nom de « chien esquimau canadien ». Pour le gouvernement du Nunavut, c’est le chien inuit et l’emblème animalier du territoire. Dans le dialecte inuktitut de Baffin Est, on l’appelle qimmiq (orthographié kimmik dans d’autres dialectes). Durant des centaines d’années, les Inuits et leurs ancêtres avant eux ont utilisé ces chiens pour tirer leurs traîneaux. Des années 1950 jusqu’aux années 1970, la Gendarmerie royale du Canada et d’autres autorités gouvernementales ont abattu des milliers de chiens de traîneau et pratiquement exterminé la race, sauvée depuis grâce à un programme de revitalisation. En 2018, on comptait environ 300 chiens inuits canadiens dans les registres du Club Canin.

Article

Inuksuk (inukshuk)

Un inuksuk (ou inukshuk, au pluriel : inuksuit) est un empilement de pierres ou de rochers dont la fonction est de communiquer avec les humains présents dans l’Arctique.

Article

Andrew Qappik

Cet article est en cours de traduction. Il sera disponible sous peu. Veuillez le consulter à nouveau à une date ultérieure ou ajoutez-le à vos articles sauvegardés.

événement historique

La Fiducie du patrimoine inuit et Parcs Canada concluent un accord sur les artefacts de l’expédition Franklin

La Fiducie du patrimoine inuit et Parcs Canada ont convenu que les artefacts du HMS Erebus et du HMS Terror seront protégés et présentés par les Inuits au Nunavut , avec des expositions de musées se déroulant à l’extérieur du territoire, mais seulement sur une base temporaire. Les deux organismes deviennent donc propriétaires conjoints de milliers d’artefacts de l’ expédition Franklin malchanceuse après que ceux-ci aient été offerts au Canada par le Royaume-Uni en 2018 (voir aussi Recherche de l'expédition Franklin ).

événement historique

Article

Baker Lake (Qamani'tuaq)

Baker Lake (Qamani'tuaq en syllabaire inuktitut), hameau du Nunavut constitué en1977, population de2069personnes au recensement de2016, contre1872 en2011. Le hameau de Baker Lake est situé à l’extrémité nord‑ouest du lac Baker, à environ280km à l’ouest de l’embouchure de l’inlet Chesterfield sur la baie d’Hudson . Il se situe approximativement au centre géographique du Canada. Il s’agit de la seule collectivité inuite à l’intérieur des terres au Nunavut.

Article

Inuit Tapiriit Kanatami (ITK)

L’Inuit Tapiriit Kanatami (ITK) est une organisation nationale qui vise la sensibilisation politique, sociale, culturelle et environnementale dans les collectivités inuites de la région désignée des Inuvialuits auxTerritoires du Nord-Ouest jusqu’au Nunatsiavut dans le nord du Labrador, en passant par leNunavut, le Nunavik dans le nord du Québec et certaines régions faisant l’objet derevendications territoriales.

Article

Inuits

Inuit (en inuktitut, le mot inuit signifie « le peuple ») désigne un peuple autochtone qui habite majoritairement dans les régions nordiques du Canada. On utilise le mot « Inuk » pour parler d’une seule personne de ce peuple autochtone. Sa patrie, appelée « Inuit Nunangat », fait référence à la terre, à l’eau et à la glace des régions de l’Arctique, mais peut aussi désigner les terres occupées par les Inuits en Alaska et au Groenland. En 2011, l’Enquête nationale auprès des ménages, de Statistique Canada, a permis d’évaluer à 59 440 le nombre d’Inuits vivant au Canada s’affichant comme Inuits, soit 4,2 % de la population autochtone. En 2011, 73 % des Inuits vivent à Inuit Nunangat. On retrouve près de la moitié de ce nombre au Nunavut, suivie de près par le Nunavik (dans le nord du Québec), le Nunatsiavut (le long de la côte nord du Labrador) et l’Arctique de l’Ouest (les Territoires du Nord-Ouest et le Yukon), connu sous le nom d’« Inuvialuit ». En 2016, selon Statistique Canada, la population inuite atteint le nombre de 65 025 personnes, soit une augmentation de 29,1 % depuis 2006. Les Inuits représentent 3,9 % de la population autochtone au Canada (voir Langues autochtones au Canada).