Recherche pour "Premières Nations"

Afficher 21-40 de 152 résultats
Article

Nicola-Similkameen

Les Nicola-Similkameen étaient une bande d'Athapascans vivant dans les vallées des rivières Nicola et Similkameen, dans le centre Sud de la Colombie-Britannique (et, marginalement, dans le centre Nord de l'État de Washington).

Article

Beothuk

Beothuk signifie « le peuple » ou le « vrai peuple » dans la langue d’un peuple maintenant décimé. Les Beothuks ont été les premiers habitants de l’île de Terre-Neuve. À l’époque de l’arrivée des Européens, leur nombre atteint 500 à 1 000 personnes. Leur population est difficile à évaluer en raison d’un rétrécissement de leurs territoires lors des premières colonisations et de l’absence de documents de l’époque.

Article

Chilcotins

Les Chilcotins sont un peuple autochtone habitant la région située entre le fleuve Fraser et la chaîne Côtière, dans le centre-ouest de la Colombie-Britannique. Pour ce peuple dont la langue est le déné ou l’athabascan, le terme « chilcotins » veut dire « peuple de la rivière rouge » et désigne aussi la région du plateau des Chilcotins, en Colombie-Britannique. Le gouvernement national des Chilcotins est un conseil tribal établi en 1989 représentant les six Premières Nations membres du plateau des Chilcotins. En 2014, les Chilcotins gagnent leur procès à la Cour suprême du Canada sur la question du titre autochtone. En 2018, le premier ministre, Justin Trudeau, présente officiellement ses excuses aux Chilcotins pour la condamnation injustifiée et la pendaison de chefs chilcotins durant la guerre des Chilcotins de 1864.

Article

Confédération des Neutres

La confédération des Neutres était une alliance politique et culturelle de nations iroquoiennes qui vivaient dans le district de Hamilton‑Niagara dans le sud‑ouest de l’Ontario et, par‑delà la rivière Niagara, dans l’ouest de l’État de New York avant leur dispersion par les Sénécas au milieu du XVIIᵉ siècle. Certains des Neutres survivants immigrent vers l’ouest et le sud, où ils sont assimilés dans diverses communautés Haudenosaunee (Iroquois). En raison de cette dispersion, les renseignements concernant l’histoire des Neutres antérieure à leur contact avec les Européens proviennent principalement des Relations des Jésuites et des fouilles archéologiques.

Article

Haisla (Kitamaat)

La nation Haisla contemporaine est un amalgame de deux groupes : les Kitamaats du chenal marin en amont de Douglas et celui de Devastation, ainsi que les Kitlopes du chenal de Princess Royal et du canal Gardner, en Colombie-Britannique. Les Kitamaats se nomment eux-mêmes Haislas (habitants en aval de la rivière) et les Kitlopes se nomment Henaaksiala (qui meurent lentement), une référence à leur longévité traditionnelle. Les appellations officielles Kitamaat (peuple de la neige) et Kitlope (peuple des rochers) ont été adoptées à partir des noms utilisés par les Tsimshians pour désigner leurs voisins Haislas.  

Article

Tionontati (Pétuns)

Les Tionontati (aussi appelés Pétuns) sont un peuple autochtone de langue iroquoienne très proche des Hurons-Wendats. Les Français les appelaient Pétuns parce qu’ils cultivaient le tabac, ou petún, mais ils s’appelaient eux-mêmes Tionontatis. Après la guerre contre les Haudenosaunee au milieu des années 1600, les Tionontati et d’autres survivants, comme les Attignawantan (un peuple huron-wendat) et les Wenrohronon (ou Wenro), se rassemblent pour former les Wendat, aujourd’hui appelés Nation Wyandotte (ou Wyandot). De nos jours, la Nation Wyandotte est une tribu reconnue par le gouvernement fédéral de l’Oklahoma aux États-Unis. On retrouve aussi des communautés Wyandotte au Michigan (les Wyandots de la Nation Anderdon) et au Kansas (Nation Wyandot du Kansas).

Article

Dinjii Zhuh (Gwich'in)

Le terme Gwich’in (anciennement appelé Kutchin), qui signifie « celui qui y habite » ou « l’habitant de », désigne les Autochtones de la nation dénée, qui parlent une langue athapascane et qui vivent dans le Nord-Ouest de l’Amérique du Nord. Ces communautés comprennent la nation Gwich’in, qui est souvent appelée Dinjii Zhuh. Les Gwich’in compteraient entre 7 000 et 9 000 représentants répartis dans diverses communautés de l’Alaska, du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest.

Éditorial

Éditorial : John Humphrey, Eleanor Roosevelt et la Déclaration universelle des droits de l'homme

En 1946, John Humphrey devient directeur de la Division des droits de l’homme des Nations Unies et Eleanor Roosevelt est nommée représentante des États-Unis à la Commission des droits de l’homme de l’ONU. M. Humphrey était alors un obscur professeur de droit canadien, tandis que Mme Roosevelt était la femme la plus célèbre du monde. Pendant deux ans, ils collaboreront à la rédaction de l’un des documents les plus importants de l’histoire du monde moderne : la Déclaration universelle des droits de l’homme, ratifiée le 10 décembre 1948.

Article

Tlicho (Dogrib)

Les Tlicho (Tłı̨chǫ), aussi appelés Dogrib, sont un peuple autochtone du Canada. Ils appartiennent à la désignation plus large des Dénés qui sont des peuples autochtones de la grande famille linguistique athapascane (ou athabascane). Le nom qu’ils se donnent eux-mêmes est Doné, ce qui veut dire « le peuple. » Pour se distinguer de leurs voisins dénés, incluant les Dénésulines, les Esclaves, les Sahtu Got'ine, et les Lièvres, ils en sont venus à s’identifier comme Tlicho, un mot qui veut dire « côte de chien » en cri, et qui fait référence à une histoire de la création. En 2005, l’accord tlicho, qui permet aux Tlicho de prendre possession de 39 000 km2 de leurs terres traditionnelles, devient le premier accord d’autonomie gouvernementale combiné à la revendication territoriale des Territoires du Nord-Ouest. Selon le Bureau de la statistique des Territoires du Nord-Ouest (2019), la population de la région des Tlicho sur le territoire est de 2983 habitants.

Article

Nuxalks (Bella Coola)

Les Nuxalk sont un peuple autochtone au Canada. Leurs terres ancestrales se trouvent à Bella Coola, en Colombie-Britannique, et dans les environs. Le terme « Bella Coola » désignait autrefois collectivement les Nuxalk, les Talio, les Kimsquit et certains Kwatna qui habitaient les villages aux alentours du bras de mer North Bentinck et de la vallée de Bella Coola, du bras de mer South Bentinck, du chenal Dean et de l’inlet Kwatna. Depuis la fin des années 1970, les Nuxalk se sont appelés la nation nuxalk, terme dérivé de celui qui désignait autrefois exclusivement les habitants de la vallée de Bella Coola. En 2020, le gouvernement du Canada a indiqué que la population enregistrée des Nuxalk était de 1741 personnes, dont 899 vivant en réserve. (Voir aussi Premières Nations et Peuples autochtones de la côte nord-ouest du Canada.)

Article

Tagish

Les Tagish, aussi connus sous le nom de Première Nation Carcross/Tagish, sont un peuple autochtone du Canada. La Première Nation Carcross/Tagish est située à Carcross, au Yukon, et est un gouvernement autonome depuis 2006. Selon le gouvernement du Canada, on comptait 703 membres inscrits de la Première Nation Carcross/Targish en 2020. 

Article

Wolastoqiyik (Malécites)

Les Wolastoqiyik (parfois écrit Welastekwewiyik or Welustuk, ce terme signifie « peuple de la belle rivière »), sont un people autochtone habitant depuis longtemps aux abords du fleuve Saint-Jean, au Nouveau‑Brunswick et dans le Maine, et du fleuve Saint‑Laurent, au Québec. Historiquement, les colons européens les désignent par le mot mi’kmaq malécite, dont la traduction approximative en français est « personnes à la langue brisée ». Le terme suggère que les Mi’kmaq voyaient la langue wolastoq comme une version « fracturée » de la leur. De nos jours, on compte six communautés maritimes wolastoqiyik au Canada et une dans le Maine. Selon le recensement de 2016, quelque 7635 personnes au Canada se définissent comme étant d’ascendance wolastoqiyik.

Article

Tsimshians

« Tsimshians » (nom qui signifie « peuple de la rivière Skeena ») désigne habituellement les peuples autochtones de la côte nord-ouest du Pacifique qui parlent l’une des langues tsimshianes. D’après le recensement de 2016, 2 695 personnes s’identifient comme locuteurs d’une langue de la famille tsimshiane, la plus grande concentration (98,1 %) se trouvant en Colombie-Britannique. Un nombre de 5 910 personnes se disent d’ascendance tsimshiane.

Article

Ktunaxa (Kootenays)

Les Ktunaxa (Kootenay) sont un peuple autochtone ayant, traditionnellement, occupé des territoires dans le sud-est de la Colombie-Britannique, ainsi qu’en Alberta, en Idaho, au Montana et dans l’État de Washington. Le terme « Kootenay » est fort probablement une forme anglicisée d’un ancien mot ktunaxa.

Article

Esclaves

Des fouilles archéologiques portent à croire que la région des Esclaves est habitée depuis au moins 3000 ans av. J.-C. Avant l'arrivée des Européens, leur économie repose sur la pêche, la chasse au petit gibier, à l'orignal et au caribou, ainsi que sur la cueillette de baies.

Article

Tutchonis

Les fluctuations de la faune et le climat subarctique, caractérisé par des étés chauds et des hivers très froids, imposent un mode vie semi-nomade.

//