Recherche pour "Organisation des Nations Unies"

Afficher 1-3 de 3 résultats
Article

Bob Rae

Robert Keith (Bob) Rae, C.C., O.Ont., C.P., avocat, homme politique (né le 2 août 1948 à Ottawa, Ontario). Éminent avocat, activiste communautaire et auteur, Bob Rae a rempli les fonctions de politicien fédéral (1978-1982; 2008-2013) et provincial (1982-1996), de premier ministre de l’Ontario (1990-1995), de chef intérimaire du Parti libéral fédéral (2011-2013) et de représentant officiel nommé par le gouvernement. En juillet 2020, Bob Rae est nommé ambassadeur canadien aux Nations Unies. La famille de Rae a eu des liens importants avec Ottawa; son père, Saul, a été diplomate principal, alors que son frère, John, a été conseiller à long terme de l’ex-premier ministre libéral Jean Chrétien.

Article

Gertrude Guerin

Gertrude Guerin (née Ettershank ; nom traditionnel Klaw-law-we-leth ; également connue sous le nom de « Old War Horse » [vieux cheval de guerre]), chef, politicienne, militante communautaire et aînée (née le 26 mars 1917 dans la réserve de la Mission à North Vancouver, C.-B.; décédée le 25 janvier 1998). Gertrude Guerin, née au sein de la Première nation Squamish (voir Salish de la côte centrale), a été une féroce protectrice des peuples et de la culture autochtones. Elle a représenté la nation Musqueam au niveau local en tant que cheffe élue, et sur la scène nationale dans les contestations de la juridiction canadienne sur le territoire traditionnel des Musqueam (voir Salish de la côte).

Article

Les adversaires de la Confédération

L’opposition à la Confédération existe depuis qu’une union des colonies d’Amérique du Nord britannique a été proposée pour la première fois à la fin des années 1840. Dans les parties de l’est du pays, les opposants craignaient généralement que la Confédération ne retire le pouvoir aux provinces et le remette au gouvernement fédéral, ou que l’union mène à des impôts plus élevés et à une conscription militaire. Plusieurs de ces opposants ont finalement abandonné et ont même travaillé pour le gouvernement canadien. Dans l’ouest, on n’a jamais demandé aux peuples autochtones de la colonie de la rivière Rouge s’ils voulaient se joindre à la Confédération. Craignant pour leur culture et leurs droits fonciers sous le contrôle canadien, ils ont organisé une insurrection de cinq mois contre le gouvernement. Plusieurs nationalistes québécois ont longtemps cherché à se séparer de la Confédération, soit avec les mesures extrêmes du Front de libération du Québec (FLQ), ou soit avec les référendums de 1980 et 1995.