Recherche pour "France"

Afficher 1-7 de 7 résultats
Article

Guerre de la Succession d'Autriche

L'Angleterre et la France sont entraînées dans le conflit dans des camps adverses, et celui-ci s'avère désastreux pour les deux pays. Une armée anglaise subit une cuisante défaite aux mains des Français, le 11 mai 1745, à Fontenoy dans les Flandres (Belgique) et est chassée du continent.

Article

Conquête

La Conquête est l’expression utilisée pour désigner la prise du Canada par la Grande-Bretagne durant la guerre de Sept Ans. Le terme est aussi utilisé pour faire référence aux changements qui en ont résulté dans les conditions de vie des 60 000 à 70 000 habitants francophones et de nombreux peuples autochtones. Québec capitule devant les forces britanniques le 18 septembre 1759, quelques jours après la décisive bataille des plaines d’Abraham. La résistance française prend fin un an plus tard avec la capitulation de Montréal. En vertu du Traité de Paris, la Nouvelle-France devient une possession britannique en 1763. La Proclamation royale de 1763 prévoit des politiques d’assimilation qui ne réussissent pas à s’implanter et qui sont remplacées par les dispositions de l’Acte de Québec en 1774. Bien que l’Acte soit l’un des facteurs de la Révolution américaine (1775-1783), il offre aussi aux Canadiens des conditions de vie désirables qui mènent à une certaine stabilité pendant plusieurs générations.

Article

Capitulation de Montréal, 1760

La bataille des plaines d’Abraham en 1759 et la capitulation de Québec en 1760 rendent la situation stratégique de la Nouvelle-France désespérée. Malgré une victoire lors de la bataille de Sainte-Foy, les forces françaises se voient isolées à Montréal par les forces britanniques. Le commandant français, François-Gaston de Lévis, souhaite continuer la lutte. Cependant, le gouverneur de la Nouvelle-France, Pierre-Rigaud de Vaudreuil, décide de rendre la ville. Il souhaite éviter plus de pertes humaines inutiles. Lors de la capitulation de Montréal aux forces britanniques le 8 septembre 1760, la Grande‑Bretagne réalise effectivement sa conquête de la Nouvelle‑France.

Article

Le jour J et la bataille de Normandie

La bataille de Normandie de 1944, du débarquement du jour J, le 6 juin, à l’encerclement de l’armée allemande à Falaise, le 21 août, est l’un des événements décisifs de la Deuxième Guerre mondiale et la scène de certains des plus grands exploits militaires du Canada. Les marins, soldats et aviateurs canadiens ont joué un rôle de premier ordre dans l’invasion de la Normandie par les Alliés, aussi appelée opération Overlord, qui sonnait le début d’une sanglante mission pour libérer l’Europe de l’Ouest de l’occupation nazie. Près de 150 000 troupes alliées atterrissent ou sont parachutées dans la zone d’invasion au jour J, dont 14 000 Canadiens à Juno Beach. La Marine royale canadienne contribue à hauteur de 110 navires et 10 000 soldats, et l’ARC fournit 15 escadrons de chasseurs et de chasseurs-bombardiers pendant l’assaut. Le nombre de victimes alliées pendant le jour J s’élève à plus de 10 000, y compris 1 074 Canadiens. De ce nombre, 359 sont tués. À la fin de la bataille de Normandie, les Alliés accusent des pertes de 209 000 soldats, dont 18 700 Canadiens. Plus de 5 000 soldats canadiens décèdent.

Article

Le Canada et la bataille de la Somme

La bataille de la Somme, aussi appelée offensive de la Somme, a eu lieu pendant la Première Guerre mondiale, du 1er juillet au 18 novembre 1916. À l’été 1916, les Britanniques ont lancé leur plus importante bataille sur le front Ouest contre les lignes allemandes. L’offensive a été l’une des plus sanglantes de l’histoire de l’humanité. En effet, au cours des cinq mois du conflit, environ 1,2 million d’hommes ont été tués ou blessés. Le Corps canadien (voir Corps expéditionnaire canadien) a participé aux trois derniers mois de la bataille. Au premier jour de l’offensive, le First Newfoundland Regiment a été presque anéanti à Beaumont-Hamel. La bataille de la Somme n’a engendré que des gains mineurs et est depuis longtemps devenue un symbole du carnage insensé et de la futilité des guerres de tranchées (voir aussi La Somme).

Article

Guerre de Sept Ans (résumé en termes simples)

La guerre de Sept Ans (1756-1763) a été la première guerre mondiale. En Amérique du Nord, la Grande-Bretagne et la France se sont combattues avec l’aide d’alliés autochtones. À la fin de la guerre, la France a concédé le Canada (Québec) et l’île Royale (Cap-Breton) à l’Angleterre, ainsi que d’autres territoires. C’est la raison pour laquelle le Canada est une monarchie britannique, mais possède trois peuples fondateurs: Français, Britanniques et Autochtones.

(Cet article est un résumé en termes simples de la guerre de Sept Ans. Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, veuillez consulter notre article complet: Guerre de Sept Ans.)

Article

Raid de Dieppe

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, le 19 août 1942, les Alliés ont lancé un raid important sur Dieppe, un petit port de la côte française. L’opération Jubilé, comme on a appelé cette attaque, a été le premier engagement des Forces canadiennes dans la guerre en Europe. Elle avait pour but de mettre à l’épreuve la capacité des Alliés à lancer des assauts amphibies contre la « forteresse Europe » d’Adolf Hitler. Ce raid s’est avéré désastreux : plus de 900 soldats canadiens ont été tués, et des milliers ont été blessés et faits prisonniers. Toutefois, malgré ce carnage, l’attaque contre Dieppe a fourni aux Alliés de précieux enseignements qui leur serviront lors des assauts amphibies ultérieurs sur l’Afrique, l’Italie et la Normandie.