Recherche pour "Peuples autochtones au Canada"

Afficher 121-126 de 126 résultats
Article

Nancy Greene Raine

Malgré qu'elle se soit retirée depuis un bon moment, Greene continue à inspirer la prochaine génération d'athlètes et à contribuer à la communauté.

Article

Diane Jones Konihowski

Diane Helen Jones Konihowski, O.C., pentathlonienne, administratrice (née le 7 mars 1951, à Vancouver, en Colombie‑Britannique). Diane Jones Konihowski a remporté plusieurs médailles d’or pour le Canada, au pentathlon féminin, aux Jeux panaméricains de 1975 et de 1979, ainsi qu’aux Jeux du Commonwealth de 1978, à Edmonton. Elle était considérée comme la favorite pour la médaille d’or aux Jeux olympiques d’été, à Moscou, que le Canada a boycottés. Elle a également été directrice du Comité olympique canadien et chef de mission du Canada, lors des Jeux olympiques d’été de 2000, à Sydney. Elle a remporté le prix Bobbie‑Rosenfeld en tant que meilleure athlète féminine du Canada, et a été faite Officier de l’Ordre du Canada. Elle a été intronisée au Temple de la renommée des sports de la Saskatchewan, au Temple de la renommée et musée des sports de l’Alberta, au Temple de la renommée olympique du Canada et au Panthéon des sports canadiens.

Article

Colored Hockey League

La Colored Hockey League of the Maritimes (CHL) est une ligue de hockey composée exclusivement de joueurs noirs. Mise en place par des baptistes et des intellectuels noirs, cette ligue est fondée à Halifax, en Nouvelle-Écosse, en 1895. Elle est dissoute en 1911, puis reformée en 1925 avant d’être complètement abandonnée dans les années 1930. Le jeu dans cette ligue est reconnu comme étant particulièrement rapide, physique et novateur. La CHL a été conçue pour attirer les jeunes hommes noirs à l’église le dimanche en leur promettant la tenue, après le service religieux, d’un match de hockey entre églises rivales. Plus tard, sous l’influence du mouvement nationaliste noir et dans le contexte d’un intérêt grandissant pour le hockey, elle sera perçue comme un moteur potentiel pour l’obtention de l’égalité des Canadiens noirs. En janvier 2020, Postes Canada a lancé un timbre honorant la ligue.

Article

Egerton Ryerson

Adolphus Egerton Ryerson, ministre méthodiste, éducateur (né le 24 mars 1803 dans le canton de Charlotteville, comté de Norfolk, au Haut-Canada ; décédé le 18 février 1882 à Toronto, en Ontario). Egerton Ryerson était une importante personnalité du monde de l’éducation et de la politique en Ontario au 19e siècle. Egerton Ryerson est né au sein d’une famille loyaliste et anglicane bien en vue. Il s’est converti au méthodisme et a été ordonné en 1827 par l’Église épiscopale méthodiste. Il a contribué à la fondation et à la rédaction du Christian Guardian (1829), a fondé l’Upper Canada Academy (1836) et est devenu le premier directeur du Victoria College (1841). Il était reconnu comme un partisan de la liberté religieuse et comme étant le fondateur du système d’éducation publique de l’Ontario. L’Université Ryerson a été nommée en son honneur. Cependant, le rôle qu’il a joué dans le développement du système des pensionnats indiens a incité des activistes à réclamer que le nom de l’université soit changé.

Article

Rapatriement de la Constitution

En 1982, le Canada s’émancipe complètement de son passé colonial et rapatrie sa Constitution. En effet, il transfère la loi suprême qui régit le pays, l’Acte de l’Amérique du Nord britannique (renommé Loi constitutionnelle de 1867), de la compétence du Parlement britannique aux gouvernements fédéral et provinciaux du Canada. La Constitution est alors ajustée pour y inclure un nouveau mode de révision et une Charte des droits et libertés. Ces derniers changements sont apportés après 18 mois de débats politiques et juridiques féroces qui ont monopolisé la une des journaux et le programme de tous les gouvernements au pays.

Article

Les adversaires de la Confédération

L’opposition à la Confédération existe depuis qu’une union des colonies d’Amérique du Nord britannique a été proposée pour la première fois à la fin des années 1840. Dans les parties de l’est du pays, les opposants craignaient généralement que la Confédération ne retire le pouvoir aux provinces et le remette au gouvernement fédéral, ou que l’union mène à des impôts plus élevés et à une conscription militaire. Plusieurs de ces opposants ont finalement abandonné et ont même travaillé pour le gouvernement canadien. Dans l’ouest, on n’a jamais demandé aux peuples autochtones de la colonie de la rivière Rouge s’ils voulaient se joindre à la Confédération. Craignant pour leur culture et leurs droits fonciers sous le contrôle canadien, ils ont organisé une insurrection de cinq mois contre le gouvernement. Plusieurs nationalistes québécois ont longtemps cherché à se séparer de la Confédération, soit avec les mesures extrêmes du Front de libération du Québec (FLQ), ou soit avec les référendums de 1980 et 1995.