Recherche pour ""

Afficher 1-20 de 25758 résultats
Article

Le bar Nanaimo

La barre Nanaimo est un dessert sans cuisson traditionnellement composé de trois étages : une base de chapelure de biscuit Graham mélangée à de la noix de coco râpée, un glaçage au beurre à saveur de crème anglaise au centre et une ganache au chocolat sur le dessus. La sucrerie est nommée d’après la ville de Nanaimo, en Colombie-Britannique, où elle a été d’abord popularisée. Connue surtout à partir des années suivant la Deuxième Guerre mondiale, elle a gagné davantage de reconnaissance après l’Expo 86. En 2006, la barre Nanaimo a été nommée la confiserie préférée des Canadiens selon un sondage paru dans le National Post.

Article

Romeo Saganash

Roméo Saganash, avocat, homme politique, défenseur des droits autochtones (né le 28 octobre 1962 à Waswanipi, une collectivité crie située au sud-est de la baie James, au centre du Québec). Roméo Saganash est le premier député autochtone du Québec et le premier Cri à recevoir un diplôme de premier cycle en droit. Il est selon toute vraisemblance le premier dirigeant autochtone canadien à se porter candidat à la direction d’un parti politique d’importance. Au cours des 20 dernières années, Roméo Saganash a représenté les Cris dans le cadre de nombreux forums nationaux et internationaux portant sur des questions autochtones. Pendant 23 ans, il contribue aux efforts menant à la négociation de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, une résolution qui fournit un cadre pour la mise en œuvre des droits issus des traités entre les Premières nations et le gouvernement du Canada et pour l’acquittement d’autres obligations en vertu d’accords internationaux. Roméo Saganash consacre sa carrière entière au soutien des droits économiques, environnementaux, juridiques et constitutionnels des peuples autochtones au Canada, plus particulièrement les Cris de la région de la baie James.

Article

Rose Johnstone

Rose Mamelak Johnstone, MSRC, biochimiste (née le 14 mai 1928 à Lodz, en Pologne; décédée le 3 juillet 2009 à Montréal, au Québec). Rose Johnstone est connue pour sa découverte des exosomes, un progrès crucial dans le domaine de la biologie cellulaire. Ces minuscules structures qui sont présentes dans toutes les cellules du corps humain sont des véhicules qui transportent les protéines, les lipides et l’ARN d’une cellule à l’autre. Pionnière de la présence des femmes en science, Rose Johnstone a été la première femme à occuper la Chaire Gilman Cheney de biochimie et la première et seule femme à présider le Département de biochimie de la Faculté de médecine de l’Université McGill.

Article

Fusillade à la mosquée de Québec

La fusillade de la mosquée de Québec a eu lieu en 2017 au Centre culturel islamique de Québec, dans la circonscription de Sainte-Foy. Le tireur de 27 ans, Alexandre Bissonnette, a plaidé coupable à six chefs d’accusation de meurtre au premier degré et à six chefs de tentative de meurtre. La fusillade, l’une des plus meurtrières de l’histoire du Canada, a été qualifiée d’acte de terrorisme par le premier ministre fédéral Justin Trudeau et par le premier ministre du Québec Philippe Couillard et a mené à de grands débats publics concernant l’islamophobie, le racisme et la montée du terrorisme d’extrême-droite au Canada.

Article

Le Canada et la mise au point du vaccin contre la polio

Au cours de la première moitié du 20e siècle, la poliomyélite, aussi appelée polio ou maladie paralysante, a touché le Canada plus sérieusement que nulle part ailleurs. Les épidémies de polio successives ont atteint un sommet en 1953. Heureusement, avant ce moment-là, les chercheurs des laboratoires de recherche médicale Connaught de l’ Université de Toronto ont fait des découvertes majeures qui ont permis au chercheur et virologue américain Jonas Salk de créer le premier vaccin contre la polio. Les laboratoires Connaught ont également résolu le problème que représentait alors la production de vaccins à grande échelle. Le Canada a aussi joué un rôle important dans la mise au point du vaccin oral contre la polio et dans les efforts internationaux pour éradiquer cette maladie.

Cliquez icipour obtenir la définition des termes-clés utilisés dans cet article.

Article

Kim’s Convenience

Kim’s Convenience est une comédie de la CBC portant sur une famille canadienne d’origine coréenne qui exploite un dépanneur à Toronto. Basée sur une pièce de théâtre de 2011 écrite par Ins Choi, elle est la première série humoristique du Canada à avoir une distribution principalement asiatique canadienne. La comédie à succès, qui explore les tensions intergénérationnelles existant entre des parents immigrants et leurs enfants nés au Canada, est inspirée de l’expérience du dramaturge, qui a grandi dans une famille coréenne à Toronto. La série connaît un succès immédiat dès sa sortie sur CBC à l’automne 2016 : sa première saison attire environ 933 000 téléspectateurs par épisode. Elle a depuis remporté six Prix Écrans canadiens.

Éditorial

Terry Fox

Terrance Stanley (Terry) Fox, C.C., né le 28 juillet 1958 à Winnipeg, Manitoba, et mort le 28 juin 1981 à New Westminster, en Colombie-Britannique, est un athlète, humanitaire et activiste pour la recherche sur le cancer. Son combat courageux contre cette maladie et sa détermination à collecter des fonds pour la recherche de traitement ont inspiré toute la nation canadienne et le monde entier. Peu de temps après avoir perdu une jambe en raison du cancer, Terry Fox décide de traverser le Canada à la course afin de sensibiliser la population au cancer et d’amasser des fonds pour la recherche. Il part de Saint-Jean de Terre-Neuve, et parcourt 5 373 km en 143 jours avant d’arriver à Thunder Bay, en Ontario, où il est obligé d’abandonner son Marathon de l’espoir, car le cancer s’est étendu à ses poumons. La plus jeune personne à être nommée « Compagnon » de l’Ordre du Canada a inspiré des millions de personnes autour du monde, dont plusieurs participent chaque année à la Journée Terry Fox pour la recherche sur le cancer.

Article

Le grunt Myrtille

Le grunt aux bleuets est un dessert composé de biscuits en pâte cuits dans des bleuets. Il est généralement servi avec de la crème glacée ou de la crème fouettée. Comparable à un cobbler cuit sur la cuisinière, il est surtout répandu dans les provinces atlantiques du Canada. Son nom provient du « grognement » (« grunt » en anglais) que font les bleuets lors de la cuisson. Les origines du grunt aux bleuets sont incertaines. Certains avancent que les premières recettes ont été préparées par les premiers colons et sont une forme adaptée du pouding anglais avec des ingrédients locaux, tandis que d’autres affirment que le dessert est surtout une utilisation des aliments sauvages trouvés en Acadie. Il est très probable que ces hypothèses soient toutes deux à l’origine du dessert.

Article

Réserves en Saskatchewan

La Saskatchewan est habitée par au moins 70 Premières Nations et diverses communautés métisses. Elle abrite 782 réserves, colonies et villages, dont une grande partie sont situés dans le sud de la province. Les réserves en Saskatchewan ont été fondées entre 1874 et 1906 par les Traités 2, 4, 5, 6, 8 et 10. En 2016, 47,5 % des 114 570 personnes s’identifiant comme Premières Nations vivaient dans des réserves, statistique comparable à celles du Manitoba. La majorité des autres vivent dans les villes de Saskatoon, Regina et Prince Albert.   

Éditorial

Les plus mémorables élections

Elles suscitent à la fois la passion et la haine.

Elles font ressortir ce qu’il y a de meilleur et de pire en nous.

Elles nous divisent souvent, et parfois – comme ce fut le cas lors de la fracassante victoire de John Diefenbaker en 1958 – les élections fédérales parviennent à unir le pays derrière une seule force ou une seule voix.

Une chose est sûre : parmi tous les changements qui ont façonné le Canada depuis la Confédération, un processus demeure indéfectible : le droit de chaque citoyen de choisir collectivement, à quelques années d’intervalle, ceux qui gouvernent le pays. Aujourd’hui, des milliards de personnes dans le monde ne jouissent pas de ce privilège. Quelle chance que notre démocratie soit pérenne!

Lorsque nous retournerons aux urnes, nous allons bien sûr voter, mais nous allons aussi écrire un nouveau chapitre de la riche histoire électorale du Canada. C’est une histoire fascinante, faite de grands enjeux, ponctuée de nombreuses facéties et souvent enflammée par la passion des protagonistes et des politiciens au tempérament souvent très marqué.

Jetons un coup d’œil sur les dix élections les plus mémorables du Canada, et sur la manière dont elles ont changé le pays.

Éditorial

Les Mères de la Confédération

« Le journal que je tenais en tant que mademoiselle Bernard n’avait pas besoin d’une telle précaution [un cadenas], car je n’étais qu’une jeune fille célibataire sans importance et ce que j’y consignais n’en avait pas. Maintenant que je suis lady Macdonald, la femme du premier ministre, les secrets et confidences du Cabinet pourraient involontairement s’écouler de la pointe de ma plume » .
Lady Agnes Macdonald, le 5 juillet 1867

Rédigée quelques jours seulement après la Confédération, la première entrée du nouveau journal cadenassé de lady Agnes est un regard porté sur l’avenir. Quelques mois plus tard, le 11 novembre 1967, la toute première épouse d’un premier ministre du Canada mentionne dans son journal qu’elle espère qu’un jour, quelqu’un s’intéressera à ses écrits et reprendra ses mots. Étant donné qu’elle est un témoin privilégié des petits et grands événements politiques de son époque, écrit-t-elle, « il s’agit d’un important facteur à considérer ».

Il y a maintenant près de 150 ans que lady Macdonald a écrit ces mots et pourtant, son témoignage demeure en marge de l’histoire. De nombreux ouvrages ont été consacrés aux Pères de la Confédération, mais qu’en est-il des épouses et des filles qui les ont côtoyés, qui se sont faites les gardiennes de cette mémoire et qui ont été des joueurs politiques à leur manière?

Les archives officielles des conférences de Charlottetown et de Québec de 1864, qui ont pavé la voie à la Confédération, sont partielles. Si l’on connaît aujourd’hui la dynamique sociale et politique de ces conférences, c’est surtout parce les historiens ont pu consulter les lettres et les ouvrages des « Mères de la Confédération ». Ces écrits permettent non seulement de porter un regard sur l’expérience des femmes privilégiées de cette époque, mais également d’attirer l’attention sur leur contribution à la création de documents historiques ainsi que sur le rôle qu’elles ont tenu dans le paysage politique.

Ci-après le portrait de six de ces femmes.

Article

Foin d’odeur

Le foin d’odeur est une herbe aromatique pourvue de longues feuilles satinées. Aussi connu sous les noms d’avoine odorante, d’herbe sainte, de hiérochloë odorante ou de houlque odorante, le foin d’odeur est bien connu des peuples autochtones au Canada et aux États-Unis, qui l’utilisent notamment pour faire des paniers, de l’encens, des remèdes et de la purification par la fumée. Deux espèces très rapprochées se trouvent au Canada : le foin d’odeur commun, Hierochloë hirta sous-espèce arctica, et le foin d’odeur alpin, Hierochloë alpina. En tant que plante sacrée grandement utilisée et vénérée, le foin d’odeur est encore cultivé aujourd’hui et continue de jouer un rôle important dans les cultures autochtones.

Éditorial

2e tour : Comment passe-t-on...

Comment passe-t-on d’Anne... la maison aux pignons verts à la colonie de la rivière Rouge?

Dans cette édition des six degrés d’histoire du Canada, nous commençons avec une jeune fille pleine d’entrain de l’Île-du-Prince-Édouard, pour ensuite nous tourner vers l’Ouest et ses charrettes de la rivière Rouge. La colonie de la rivière Rouge, un établissement colonial fondé en 1812 dans les premiers temps de l’expansion vers l’Ouest de l’Amérique du Nord britannique, deviendra plus tard une partie de la future province du Manitoba. Comment tout cela est-il lié à Anne... la maison aux pignons verts, le livre à succès racontant l’histoire d’une orpheline de 11 ans? Voilà tout un périple qui nous attend.

Éditorial

1er tour : Comment passe-t-on de...

Comment passe-t-on de Carly Rae Jepsen au dernier crampon?


Dans cette édition des six degrés d’histoire du Canada, nous commençons par une auteure-compositrice-interprète de musique pop qui a su s’imposer sur la scène mondiale et terminons notre parcours par un lien cérémonial qui a unifié une nation en pleine croissance. Le « dernier crampon » du
Chemin de fer Canadien Pacifiquea été enfoncé le 7 novembre 1885 à Craigellachie, en Colombie-Britannique. Cent ans plus tard et à quelques 500 kilomètres de là, la vedette de pop Carly Rae Jepsen voyait le jour à Mission, en Colombie-Britannique. Cela représente beaucoup de temps et de distance à parcourir.

Voici comment nous y sommes parvenus.

Éditorial

3e tour : Comment passe-t-on...

Comment passe-t-on de la crise de Suez à Wayne Gretzky?

Dans cette édition des six degrés d’histoire du Canada, nous commençons par la première grande force mondiale de maintien de la paix, pour parvenir jusqu’au grand Wayne Gretzky. La crise de Suez, un conflit militaire et politique qui a éclaté en Égypte au milieu du XXe siècle, aurait pu grandement diviser les États-Unis et la Grande-Bretagne, n’eût été la grande agilité de certains Canadiens – une agilité digne du grand Gretzky, justement.

Article

Femmes et Révolution tranquille

Le Québec des années 1960 est celui de la Révolution tranquille. Le mandat du gouvernement libéral dirigé par Jean Lesage qui s’ouvre avec l’élection du 22 juin 1960 y marque une période d’importantes réformes. Politiques, économiques, sociales et culturelles, ces réformes ont de grandes répercussions sur la population québécoise et changent de manière importante la vie des femmes. Ainsi, avec la création d’un ministère de l’Éducation, les femmes obtiennent le droit d’accéder aux études supérieures au même titre que les hommes. Par ailleurs, le projet de loi 16 confère en principe la pleine capacité juridique aux femmes mariées. Cet esprit réformateur est aussi très présent au sein des gouvernements unionistes de Daniel Johnson père de 1966 à 1968 et de Jean-Jacques Bertrand de 1968 à 1970. Enfin, c’est au cours de la Révolution tranquille que les Québécoises adoptent la pilule contraceptive pour contrôler leur fertilité, entrent massivement sur le marché du travail et revendiquent des congés de maternité et le droit à l’égalité avec les hommes dans toutes les sphères de la vie publique.

Article

Princesse Louise Margaret, Duchesse de Connaught

Princesse Louise Marguerite Alexandra Victoria Agnès de Prusse, duchesse de Connaught et de Strathearn, consort vice-royale du Canada (de 1911 à 1916) et philanthrope (née le 25 juillet 1860 à Potsdam, en Prusse (aujourd’hui l’Allemagne); décédée le 14 mars 1917 à Londres, au Royaume-Uni). La duchesse de Connaught finance des hôpitaux de la Croix-Rouge pour le Corps expéditionnaire canadien pendant la Première Guerre mondiale.