Recherche pour ""

Afficher 1-20 de 25708 résultats
Article

Willie Adams

Willie Adams, sénateur libéral, homme d’affaires et électricien inuit (né le 22 juin 1934 à Kuujjuaq [anciennement Fort Chimo], au Nunavik, dans la province du Québec). À titre de premier sénateur inuit au Canada, Willie Adams a sollicité le soutien du gouvernement fédéral pour répondre aux besoins de son peuple en matière de soins de santé, d’éducation, d’infrastructures, de revendications territoriales, d’allocations de pêche et d’accès abordable à la nourriture, au logement et à l’essence. Il s’est activement impliqué dans la création du Nunavut et a soutenu les droits langagiers, l’art et la culture et les méthodes de chasses traditionnelles des Inuit, notamment la chasse au phoque.

Éditorial

Minutes du patrimoine

La série des Minutes du patrimoine est un projet commémoratif canadien bilingue qui présente des courts-métrages de 60 secondes, chacun dressant le portrait d'une personnalité ou racontant une page de l'histoire du Canada. Depuis ses débuts en 1991, la série est diffusée à la télévision et au cinéma et fait désormais partie intégrante de la culture canadienne.

Article

La Loi sur les services en français de la Nouvelle-Écosse

Dans la foulée du Congrès mondial acadien, tenu à l’été 2004 en Nouvelle-Écosse en vue d’y souligner les quatre siècles de présence française, le gouvernement progressiste-conservateur de John Hamm dépose, le 1er octobre 2004, un projet de loi qui reconnaît l’Office des affaires acadiennes et l’intègre à la loi sur la fonction publique provinciale. La Loi concernant l’Office des affaires acadiennes et la prestation par la fonction publique de services en français est adoptée par la législature le 14 octobre 2004 et reçoit l’assentiment royal le 18 octobre suivant.

Article

Schitt’s Creek

Une famille riche perdant sa fortune se voit forcée d’aller s’établir dans une petite ville fictive du nom de Schitt’s Creek. Une création de Daniel Levy et de son père, Schitt’s Creek est une comédie diffusée sur les ondes de la CBC. La série décrit les tensions qui surviennent entre les résidents terre-à-terre de Schitt’s Creek et les Rose, habitués au grand luxe. En 2018, Schitt’s Creek rejoint en moyenne 3,3 millions de téléspectateurs sur les ondes du télédiffuseur américain Pop et devient la première émission humoristique canadienne à être mise en nomination pour un prix Critic’s Choice Award. L’année suivante, l’émission est mise en nomination pour plusieurs prix Primetime Emmy, donc celui de la meilleure comédie. En outre, Schitt’s Creek remporte 18 Prix Écrans canadiens, dont quatre pour la meilleure actrice dans une comédie (Catherine O’Hara) et deux pour la meilleure comédie.

Article

Toni Myers

Antoinette Myers (née Trow), monteuse, auteure, directrice et réalisatrice (née le 29 septembre 1943 à Toronto, en Ontario ; décédée le 18 février 2019 à Toronto). Connue dans l’industrie cinématographique comme la « Spielberg des films sur l’espace », Toni Myers a réalisé une foule de films IMAX primés et visuellement impressionnants, comme Space Station 3D (2002), Hubble 3D (2010) et Magnifique planète (2016). Considérée comme une pionnière de la cinématographie en 3D, elle a été nommée Membre de l’Ordre du Canada pour ses contributions au cinéma.

Éditorial

Droits de la personne

En 1950, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 10 décembre Journée des droits de l'homme. Cette journée vise à mieux faire connaître le rôle de la Déclaration universelle des droits de l'homme en tant que « norme commune pour l'exercice de ces droits par tous les peuples et toutes les nations ».

Pour souligner la Journée des droits de l'homme, nous présentons le témoignage remarquable de personnes qui ont trouvé refuge au Canada pour fuir une situation où on violait leurs droits fondamentaux. Il s'agit de Vilien Chen (Vietnam), Marie‑Denise Douyon (Haïti) et Claudia Covalciuc (Roumanie).

Certaines de ces personnes ont été déplacées en raison d'un conflit armé, d'autres à cause de leur activisme politique ou de leur origine ethnique. Dans la majorité des cas, leur témoignage porte sur leur vie avant et après ce déplacement forcé. Tous ces témoignages font référence à des expériences vécues par plusieurs Canadiens.

Ces histoires sont tirées des archives de Passages Canada. Dans le cadre de cette initiative d'Historica Canada, des bénévoles livrent leur témoignage personnel sur l'identité culturelle, le patrimoine et l'immigration à des écoles et à des groupes communautaires.

Article

Maude Barlow

Maude Victoria Barlow (McGrath), militante et auteure (née le 24 mai 1947 à Toronto, en Ontario). Maude Barlow est cofondatrice et présidente honoraire du Conseil des Canadiens, un des plus importants organismes indépendants consacrés à l’avancement de la justice sociale au Canada. Elle est une auteure et militante fervente des droits démocratiques et sociaux, de la souveraineté commerciale et de la justice environnementale. Maude Barlow a défendu le mandat de conseillère principale en matière d’eau pour les Nations Unies, en plus de siéger au Conseil pour l’avenir du monde et au conseil de Food and Water Watch.

Article

Mary “Bonnie” Baker

Mary Geraldine « Bonnie » Baker (née George), joueuse professionnelle de baseball, commentatrice (née le 10 juillet 1919 à Regina, en Saskatchewan; décédée le 17 décembre 2003 à Regina). Mary « Bonnie » Baker est une receveuse et joueuse de relève dans la All-American Girls Professional Baseball League pendant neuf saisons. En 1950, elle devient la seule gérante d’équipe permanente au cours des 12 années de vie de la ligue. Fougueuse sur le marbre et d’un naturel enjoué, elle devient l’une des inspirations du personnage de Dottie Hinson, incarné par Geena Davis, dans le film hollywoodien A League of Their Own (1992; v.f. Une équipe hors du commun). Après avoir pris sa retraite comme joueuse de baseball et de softball, elle devient la première femme canadienne commentatrice sportive.

Éditorial

Noires et militantes pour la liberté

« Être noire et être une femme dans une société à la fois raciste et sexiste fait en sorte qu’on n’a pas d’autres choix que de se mettre debout et de lutter ».

Ces mots de la féministe et socialiste Rosemary Brown, première femme noire à devenir membre d’un parlement provincial, traduisent bien le combat qu’elle a mené tout au long de sa vie pour l’égalité et la défense des droits humains. Comme on le verra dans cette exposition, les femmes noires ont été discriminées, et ce, pendant une partie importante de l’histoire canadienne. Nous présentons ici un bref aperçu de ces femmes, de ces militantes et de ces actrices du changement qui ont tracées la voie pour les générations suivantes. Des femmes qui, comme l’a si bien dit Rosemary Brown, se sont levées et ont lutté pour que les choses changent.

Six combattantes pour la liberté des femmes noires sont présentées ici : Marie-Joseph Angélique, Chloe Cooley, Harriet Tubman, Mary Ann Shadd, Viola Desmond, et Rosemary Brown.

Article

Prix Bobbie Rosenfeld

Chaque année, on attribue le prix Bobbie-Rosenfeld à la meilleure athlète féminine, choisie après le sondage auprès de journalistes sportifs canadiens. Le prix est créé en 1932 et il reçoit le nom de Bobbie Rosenfeld en 1978. C’est le nom d’une athlète multidisciplinaire, médailliste olympique et chroniqueuse du sport, Fanny « Bobbie » Rosenfeld. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, entre 1942 et 1945, le sondage est suspendu. Entre 1952 et 1963, c’est la golfeuse Marlene Stewart Streit qui remporte cinq fois le prix, un nombre record. La lauréate du prix la plus récente est la golfeuse Brooke Henderson (2018).

Éditorial

Animaux arctiques en voie de disparition

La liste des espèces menacées au Canada est longue.

En 2013, elle s’établit à 456 espèces. De ce nombre, plus de 40 pour cent sont considérées comme en voie d’extinction.

Quoiqu’on les trouve dans l’ensemble des provinces et des territoires canadiens, c’est dans l’Arctique qu’il est possible de saisir les raisons de leur déclin, parmi lesquelles on peut mentionner le changement climatique et la destruction de leurs habitats. Ainsi, les scientifiques ont constaté que les températures à proximité du Pôle Nord augmentent deux fois plus vite que partout ailleurs sur la planète, ce qui a pour conséquence la fonte de la glace de mer, une composante essentielle des écosystèmes de l’Arctique. Pendant ce temps, les communautés inuites observent d’importants changements dans les trajectoires de migration des animaux et une baisse importante de leur population : des éléments qui affectent directement la pratique de la chasse traditionnelle chez ces communautés.

Cette exposition vous propose de découvrir six espèces animales qui vivent avec difficultés les transformations environnementales que connaît actuellement l’Arctique canadien. Il s’agit de l’ours polaire, le caribou, le narval, la baleine boréale, le beluga (ou baleine blanche) et le morse. En plus d’y trouver des extraits de l’Encyclopédie canadienne qui vous fourniront des informations relatives aux défis que rencontre chacune de ces espèces, l’exposition présente des clichés du photographe de réputation internationale Paul Nicklen. Enfin, la contribution du journaliste Ashleigh Gaul de Yellowknife, sur la chasse au morse au Nunavut, met en évidence les liens étroits entre la destruction des habitats fauniques et la menace qui pèse sur la survie de la culture inuite.

Éditorial

Patrimoine asiatique au Canada

Si les premiers liens entre la côte ouest canadienne et l'Asie se tissent à l'époque de la traite des fourrures, ce n'est qu'à la fin du XIXe siècle que se produit véritablement la première vague d'immigration asiatique au Canada. Attirés par la ruée vers l'or ou par les perspectives d'emploi dans la construction des voies ferrées ou l'exploitation des mines, les premiers immigrants chinois, japonais et sud-asiatiques ne sont pas bien accueillis par la société canadienne, qui réagit par l'adoption de mesures discriminatoires et racistes. Cette exposition est axée sur les luttes supportées par les premières générations d'immigrants asiatiques au Canada. Comme nous discutons brièvement de ces histoires — y compris les lois sur l'immigration, la ghettoïsation, les émeutes raciales, le droit de travailler et de voter, et l'internement —, nous vous encourageons à cliquer pour lire plus d'articles sur l'Encyclopédie afin d'avoir une vue plus large de ce coin crucial de l'histoire canadienne.

Voir aussi Patrimoine asiatique au Canada

Article

Ségrégation raciale des Noirs au Canada

La ségrégation raciale consiste en la séparation de personnes ou de groupes de personnes dans la vie quotidienne en fonction de leur race. Tout au long de l’histoire du Canada, de nombreux Noirs sont victimes de ségrégation, sont exclus ou n’ont pas droit à l’égalité d’accès à des occasions et à des services, comme l’éducation, l’emploi, le logement, le transport, l’immigration, les soins de santé et les établissements commerciaux. La ségrégation raciale des Noirs au Canada est historiquement renforcée par des lois, des décisions judiciaires et des normes sociales. (Voir aussi Canadiens noirs, Préjugés et discrimination au Canada et Racisme.)

Éditorial

La crainte et le courage en Normandie

Il y a soixante-dix ans ce mois-ci que les marins, soldats et aviateurs canadiens ont participé au lancement de la bataille de Normandie le 6 juin 1944, l’un des évènements décisifs de la Deuxième Guerre mondiale. Les Canadiens ont joué un rôle de premier ordre dans la Force d’invasion alliée, qui arrivait en France cet été-là et commençait sa sanglante mission pour libérer l’Europe de l’Ouest de l’occupation nazie.

Le Canada est en guerre avec l’Allemagne depuis 1939 déjà. Dès 1944, le vent tourne en faveur des Alliés. Forts de la victoire de la bataille de l’Atlantique, les Alliés poursuivent leur avancée en Italie. À l’est, les Soviétiques repoussent les machines de guerre allemandes en Russie. Le dirigeant soviétique Joseph Staline demande aux Britanniques et aux Américains d’ouvrir un nouveau front de guerre en envahissant la France par l’ouest. Au printemps de 1944, la plus grande invasion amphibie jamais réalisée est planifiée sous le nom de code opération Overlord.

.

Image: Des soldats d'infanterie se déplaçant à terre depuis le NCSM Prince Henry le 6 juin 1944. PO Dennis Sullivan/Ministère de la Défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada/PA-132790.

Article

Les francophones du territoire du Yukon (Franco-Yukonnais)

Près de 10 000 des prospecteurs qui arrivent au Yukon entre 1897 et 1899 sont des Canadiens français. Ils viennent de multiples villages et villes du Québec, parfois même de  l’Acadie et des Prairies. L’expansion des services fédéraux et l’élargissement des obligations linguistiques de l’État fédéral après l’adoption de la Loi sur les langues officielles (1969) amènent des Canadiens français à s’établir à Whitehorse. Ces derniers se regroupent en 1979 et fondent en 1982 l’Association franco-yukonnaise (AFY). Une variété d’associations et d’institutions, notamment l’École Émilie-Tremblay de Whitehorse, sont constituées entre les années 1980 et 2000. Les paysages et la culture du Yukon attirent les francophones dont le nombre passe de 1105 à 1693 personnes entre 2006 et 2016 et leur proportion, de 3,7% à 5%.

Éditorial

Vancouver en vedette : Assassinat d’un héros dans une rue de Vancouver

Aux petites heures d’une matinée d’octobre en 1922, le gendarme Robert McBeath vient d’arrêter un conducteur en état d’ivresse sur la rue Granville. C’est une tâche de routine pour ce gendarme de vingt-quatre ans, mais elle va lui coûter la vie, cette vie qu’il a risquée quelques années plus tôt dans des circonstances qui lui valurent la Croix de Victoria, lors de la bataille de la Somme.