Zone biogéoclimatique

La communauté de plantes qui se développe à l'équilibre (climax) sous les conditions climatiques des sites mésiques forme la communauté la plus caractéristique d'une zone biogéoclimatique.

\u00c9pinette de Sitka
\u00c9pinette de Sitka dans la région foresti\u00e8re c\u00f4ti\u00e8re de la Colombie-Britannique, sur l'\u00eele Moresby (photo de Tim Fitzharris).

Zone biogéoclimatique

 Une zone biogéoclimatique est un vaste écosystème géographiquement limité et influencé par un macroclimat particulier (unique). Les processus habituels de formation des sols déterminent le SOL de la zone et, par conséquent, sa végétation et sa vie animale. Une zone de ce type englobe un certain nombre d'écosystèmes plus restreints, plus uniformes sur le plan environnemental et végétal, et qui diffère sur ces points en raison des conditions plus ou moins élevées en humidité en comparaison avec le régime d'humidité mésique (moyen).

La communauté de plantes qui se développe à l'équilibre (climax) sous les conditions climatiques des sites mésiques forme la communauté la plus caractéristique d'une zone biogéoclimatique. Si elles sont assez répandues, les plantes édaphiques, soit celles dont la croissance dépend du sol plutôt que des conditions climatiques, peuvent aussi en constituer une caractéristique.

Au Canada, les sols les plus couramment utilisés pour la caractérisation zonale des sols sont ceux qui se sont développés depuis la glaciation, à partir du dépôt glaciaire ou du dépôt fluvioglaciaire, ou à partir des alluvions lacustres (lac) ou des dépôts éoliens (vent) qui ont au moins plusieurs milliers d'années. La zone comporte des sous-zones ou leurs variantes. Au-dessus se trouvent des ensembles plus grands, soit des régions ou des formations biogéoclimatiques. Les zones biogéoclimatiques ont été étudiées au Canada (Colombie-Britannique, Alberta et Yukon), aux îles Hawaï, au Japon (île d'Hokkaido) et en Indonésie.


En savoir plus

Liens externes