Wallbridge and Imrie

Jean Wallbridge est bachelière en sciences appliquées de l'U. de l'Alberta (1939), où elle suit les cours d'architecture de Cecil Burgess. Le 6 février 1941, elle devient la troisième femme membre de l'Alberta Association of Architects (AAA). Mary Imrie s'inscrit au programme d'architecture de l'U.

Imrie et Wallbridge
Les architectes Mary Imrie et Jean Wallbridge (collection privée).

Wallbridge and Imrie

Wallbridge and Imrie, cabinet d'architectes (Jean Louise Emberley Wallbridge, Edmonton, Alb., 25 oct. 1912 -- Edmonton, 30 sept. 1979, et Mary Louise Imrie, Toronto, Ont., 29 août 1918 -- Edmonton, 11 avril 1988). Wallbridge et Imrie sont parmi les premières femmes au Canada à former leur propre cabinet d'architectes.

Jean Wallbridge est bachelière en sciences appliquées de l'U. de l'Alberta (1939), où elle suit les cours d'architecture de Cecil Burgess. Le 6 février 1941, elle devient la troisième femme membre de l'Alberta Association of Architects (AAA). Mary Imrie s'inscrit au programme d'architecture de l'U. de l'Alberta en 1938 et, quand le programme est annulé, poursuit ses études à l'U. de Toronto en 1940. Elle y suit les cours d'Eric ARTHUR, obtient son diplôme en 1944 et s'inscrit à l'AAA le 7 décembre de la même année. Les deux femmes travaillent comme dessinatrices au bureau de l'architecte de la Ville d'Edmonton (Max Dewar) de 1946 à 1949.

Wallbridge et Imrie ouvrent leur propre cabinet d'architectes en 1950, pendant le boom de la construction d'après-guerre à Edmonton, et y travaillent jusqu'en 1979, se spécialisant en architecture domestique. Elles remportent le prix du Conseil canadien de l'habitation en 1957. Lignes simples et « modernes », circulation horizontale harmonieuse et finitions élégantes mais sans prétention sont les caractéristiques premières de leurs créations. La plupart des maisons qu'elles conçoivent ont une légère élévation avant et sont orientées vers la cour arrière plutôt que vers la rue.

Après la mort de sa partenaire en 1979, Mary Imrie prend sa retraite. À son décès en 1988, elle fait au gouvernement de l'Alberta un important legs devant servir à la préservation de l'environnement.