Vitrail

 Le vitrail connaît plusieurs utilisations au Canada. La plus ancienne de ce pays date des années 1850 et comprend la production de fenêtres d'église de style néo-gothique par des entreprises oeuvrant dans l'industrie des arts religieux.

Fen\u00eatre en rosace
La cathédrale St-Pauls, \u00e0 Toronto, oeuvre de Guido Nincheri (avec la permission de Maclean's).

Vitrail

  Influencés par les développements d'après-guerre en matière de conception de vitraux en Angleterre et en Allemagne, et stimulés par le dynamisme de la renaissance du vitrail aux États-Unis à la fin des années 60, bon nombre d'artistes et d'artisans canadiens se sont tournés vers le vitrail, l'utilisant comme un médium d'expression artistique contemporaine. Malgré de nombreux développements techniques, les créateurs de vitraux canadiens ont continué d'utiliser abondamment la technique traditionnelle de l'insertion manuelle du verre et de la soudure en matrice de bandes ou de rubans de plomb. Toutefois, la « dalle-de-verre » ou plaque de verre moulée, les colles en silicone et les résines d'époxy, les appareils au jet de sable et une profusion de nouveaux outils et de machines ont réduit le temps de fabrication et augmenté la variété de possibilités techniques et esthétiques.

 Le vitrail connaît plusieurs utilisations au Canada. La plus ancienne de ce pays date des années 1850 et comprend la production de fenêtres d'église de style néo-gothique par des entreprises oeuvrant dans l'industrie des arts religieux. Une autre utilisation, aussi influencée par les styles d'antan, comprend le travail d'ateliers qui se consacrent à la recréation ou à la restauration de fenêtres de style Art nouveau, Édouardiens ou Art déco pour des maisons d'époque, des restaurants ou des bars. Dans les tendances encore plus récentes (à partir du début des années 70), on note l'émergence d'artistes et d'artisans participant à l'essor que connaît le travail du verre en atelier et le vitrail comme hobby.

Les artistes et les artisans se sont principalement soucié des applications architecturales du vitrail. Bien que les églises constituent encore une source potentielle de commande de vitraux, la sécularisation du médium a permis d'augmenter les applications dans les édifices publics et les résidences privées. Au cours des dernières années, de nombreux artistes et artisans ont également commencé à produire des oeuvres autonomes qui peuvent être exposées hors du cadre architectural. Ainsi, les expositions de vitraux, qui étaient autrefois rares au Canada, sont maintenant chose courante.

En 1976, on fondait à Toronto la première association canadienne d'artistes et artisans du vitrail. Avec l'appui de ses membres, répartis à la grandeur de tout le pays, Artists in Stained Glass stimule le développement du vitrail en tant qu'art contemporain. En 1993, la Galerie canadienne de la céramique et du verre a ouvert ses portes à Waterloo, en Ontario. Il s'agit de la première institution nationale ayant pour mandat de collectionner, conserver et exposer des vitraux.

Le développement d'un vaste réseau de distribution d'outils et de fournitures pour la fabrication de vitraux à la grandeur du Canada a constitué un avantage, en particulier pour les amateurs. On peut maintenant suivre des cours, pour la plupart de premier niveau, dans les écoles, les collèges, les organismes de jeunes et les ateliers. La création de vitrail est donc devenue un passe-temps bon marché et accessible pour des milliers de Canadiens.