Troglodyte

Cette famille, qui compte 75 espèces, serait originaire de l'Amérique tropicale et se serait dispersée vers le nord jusqu'au Canada. L'espèce la plus nordique, le Troglodyte mignon, se rencontre jusqu'en Eurasie.

Troglodyte des marais
On trouve le Troglodyte des marais dans les marais à roseaux du Canada et aussi loin qu'au nord du lac Athabasca (Macmillan Illustrated Animal Encyclopedia). Pour entendre le cri du Troglodyte des marais, cliquez sur le bouton \u00ab Son \u00bb (avec la permission de Monty Brigham, Bird Sounds of Canada).
Troglodyte familier
Le Troglodyte familier, surtout le mâle, chante pendant de longues périodes durant le jour (Corel Professional Photos).

Troglodyte

Le Troglodyte appartient à la famille des Troglodytidés, de petits passereaux insectivores au plumage habituellement brun. Il a généralement un corps trapu, une queue souvent dressée et un chant puissant. Le Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) produit l'un des chants les plus longs (5 ou 6 s) et les plus aigus parmi les oiseaux du Canada. Le chant des autres espèces est beaucoup plus court et plus bas.

Répartition et habitat

Cette famille, qui compte 75 espèces, serait originaire de l'Amérique tropicale et se serait dispersée vers le nord jusqu'au Canada. L'espèce la plus nordique, le Troglodyte mignon, se rencontre jusqu'en Eurasie.

Des huit espèces canadiennes, quatre ont une répartition limitée : le Troglodyte de Bewick (Thryomanes bewickii), qui niche dans le Sud-Ouest de la Colombie-Britannique; le Troglodyte des canyons (Catherpes mexicanus), qui habite la vallée de l'Okanagan; le Troglodyte des rochers (Salpinctes obsoletus), que l'on rencontre depuis le Sud de la Colombie-Britannique jusque dans le Sud de la Saskatchewan et, plus rarement, au Manitoba; ainsi que le Troglodyte de Caroline (Thryothorus ludovicianus), qui ne se reproduit que dans le Sud de l'Ontario.

Le Troglodyte mignon habite la forêt boréale et la forêt coniférienne dans l'ensemble du territoire canadien. Le Troglodyte familier (Troglodytes aedon) niche dans les forêts de feuillus et les habitats buissonneux du sud du Canada; cependant, dans les Rocheuses, on le retrouve jusqu'au 58° parallèle, notamment à Fort Nelson, en Colombie-Britannique.

Le Troglodyte des marais (Cistothorus palustris) affectionne les marais de quenouilles d'un bout à l'autre du continent, dans l'Ouest du pays, on le retrouve jusqu'au lac Athabasca. Le Troglodyte à bec court (C. platensis) habite les prés humides. Sa répartition est très limitée et ne le retrouve que localement dans l'Est de l'Amérique du Nord. Au Canada, il n'y a qu'au Manitoba qu'il soit commun, il niche aussi localement en Alberta. Tous les troglodytes sont migrateurs sauf ceux qui vivent sur la côte du Sud de la Colombie-Britannique.

Nidification

Tous les troglodytes aménagent leur nid dans des cavités. Les espèces forestières utilisent les cavités dans les arbres (ou les nichoirs) ou les fourrés épais. Le Troglodyte mignon affectionne particulièrement les interstices entre les racines d'arbres renversés. Le Troglodyte des marais et le Troglodyte à bec court construisent un nid sphérique avec des herbes, qu'ils aménagent dans la végétation basse des milieux humides, souvent au-dessus de l'eau. Le Troglodyte des rochers et le Troglodyte des canyons utilisent les fentes dans les rochers et les éboulis de roches.

Le mâle construit plusieurs nids, mais un seul est utilisé. Ce comportement est fréquent chez le Troglodyte des marais et le Troglodyte à bec court. La couvée compte généralement cinq ou six oeufs (nombre variant de quatre à huit).


En savoir plus

Liens externes