Sylvestre, Joseph Jean Guy

Joseph Jean Guy Sylvestre, O.C., MSRC, bibliothécaire, écrivain, essayiste, critique littéraire et interprète (né le 17 mai 1918 à Sorel, au Québec; décédé le 26 septembre 2010 à Ottawa, en Ontario). Guy Sylvestre a été un homme de lettres accompli et un haut fonctionnaire dévoué, surnommé « homme d’état parmi les bibliothécaires ». Guy Sylvestre a écrit de nombreux ouvrages sur la poésie et la littérature canadienne tout au long de sa carrière. Il a travaillé comme secrétaire particulier de Louis St-Laurent et comme bibliothécaire à la bibliothèque du Parlement avant de devenir directeur de la Bibliothèque nationale du Canada (maintenant appelée Bibliothèque et Archives Canada) de 1968 à 1983. Dans ce rôle, il a supervisé l’expansion massive du contenu canadien de la bibliothèque et de la modernisation des systèmes bibliothécaires de partout au pays. Il a été président et directeur de nombreux organismes culturels importants et l’auteur de Bibliothèques nationales : principes directeurs de l’UNESCO (1987).  



Formation

Guy Sylvestre fait ses études classiques au collège Sainte-Marie à Montréal, et à l’Université d’Ottawa où il obtient un baccalauréat en philosophie en 1941 et une maîtrise ès arts en 1942.

Carrière littéraire

Guy Sylvestre devient critique littéraire pour Le Droit (1940-1948) et le directeur fondateur de la revue Gants du ciel (1943-1956). Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages dont Situation de la poésie canadienne (1941, publié alors qu’il est encore étudiant), Poètes catholiques de la France contemporaine (1943), Sondages (1957) et Amours Délices et Orgues (1953, sous le pseudonyme de Jean Bruneau). Il écrit des articles pour de nombreuses publications y compris le Dalhousie Review, Notre Temps, Nouvelle revue canadienne, Queen’s Quarterly et Saturday Night. Il publie une chronique annuelle sur la poésie québécoise dans University of Toronto Quarterly (1958-1968) et il est surtout connu pour son Anthologie de la poésie canadienne d’expression française, qui a été rééditée sept fois entre 1942 et 1974 (voir aussi Poésie de langue française). Les vastes archives littéraires de Guy Sylvestre se trouvent à la Bibliothèque et Archives Canada.

Carrière dans la fonction publique

Guy Sylvestre est traducteur pour la Chambre des communes (1942-1944) et la Commission d’information en temps de guerre (1944-1945) avant de devenir le secrétaire particulier de Louis St-Laurent (1945-1950), d’abord quand celui-ci est secrétaire d’État aux Affaires extérieures puis quand il devient premier ministre du Canada.  

Carrière comme bibliothécaire

Guy Sylvestre est bibliothécaire adjoint à la bibliothèque du Parlement de 1953 à 1956 et bibliothécaire parlementaire associé de 1956 à 1968. Pendant cette période, il donne aussi des cours sur la bibliothéconomie à l’Université d’Ottawa.

Il devient le deuxième bibliothécaire national de la Bibliothèque nationale du Canada (maintenant appelée Bibliothèque et Archives Canada) en 1968. Dans ce rôle qu’il occupe jusqu’en 1983, Guy Sylvestre supervise le déménagement de la bibliothèque vers un nouveau complexe de 13 millions de dollars près de la Cour suprême en 1967. Comme il le dit lors d’une réunion de l’Association des bibliothèques de recherche en 1974, « Jusqu’à son déménagement dans le nouveau bâtiment national de la Bibliothèque et des Archives à Ottawa en 1967, il s’agissait plus d’un centre bibliographique que d’une véritable bibliothèque… La bibliothèque n’avait pas de collection digne de ce nom et offrait des services de prêt et de référence limités. »

L’une des plus grandes réalisations de Guy Sylvestre durant son mandat de 15 ans en tant que bibliothécaire national est de diriger l’acquisition massive de contenu canadien. Comme le dit l’Ex Libris Association, « il a supervisé l’établissement de collections et de services spécialisés en musique, documentation de la bibliothèque, littérature pour enfants, publications multilingues, ainsi que d’ouvrages et de manuscrits rares ». Guy Sylvestre est aussi à la tête de la transition vers le traitement de données électroniques dans les domaines des acquisitions, du catalogage, de la circulation et des documents de référence à la fois à la Bibliothèque nationale et dans les bibliothèques de partout au pays.

Guy Sylvestre est le président fondateur de l’Association canadienne des sciences de l’information, constituée en 1970. Une fois sa retraite prise en 1983, l’UNESCO lui demande de rédiger son ouvrage Bibliothèques nationales : principes directeurs, qui est publié en 1987.  

Participation organisationnelle

Guy Sylvestre est nommé à la Société royale du Canada en 1952 et à l’Académie canadienne-française (maintenant appelée Académie des lettres du Québec) en 1954. Il est président de l’Académie canadienne-française (1960-1962), de la Fondation des écrivains canadiens (1960-1961) et de la Société royale du Canada (1973-1974). Il est aussi président d’un comité de publication du Conseil des Arts du Canada (1960-1968), des Prix littéraires du Gouverneur général (1960-1962) et de la Conférence mondiale sur la poésie à l’Expo 67, ainsi que le président fondateur de la Conférence des directeurs des bibliothèques nationales (1974-1978).

Honneurs et patrimoine

Guy Sylvestre reçoit des doctorats honorifiques de plusieurs universités et devient officier de l’Ordre du Canada en 1982 en reconnaissance de ses contributions à la Bibliothèque nationale, dont l’Ordre dit qu’« il a prospéré sous sa direction ». Comme la Bibliothèque nationale du Canada l’a dit à l’occasion de son 50e anniversaire en 2003, « Guy Sylvestre a supervisé le développement de la Bibliothèque nationale du Canada comme ressource nationale. Il a bâti un organisme dynamique dont l’influence s’est fait sentir partout au Canada, alors même qu’il continuait de promouvoir la culture canadienne par le biais de nombreuses associations culturelles et littéraires dans lesquelles il resté actif. Il a donné aux membres de son équipe la tâche d’élaborer des outils technologiques sophistiqués et il s’est constamment efforcé de s’assurer que ceux-ci étaient accessibles dans toutes les bibliothèques du pays. »

Prix

  • Ordre du Mérite, Pologne (1974)
  • Officier, Ordre du Canada (1982)
  • Prix d’excellence de la fonction publique, Gouvernement du Canada (1983)
  • Médaille IFLA, Fédération internationale des associations de bibliothécaires et des bibliothèques (1985)

Diplômes honorifiques