Seitz, Ernest

Ernest (Joseph) Seitz. Pianiste, professeur, auteur de chansons (Hamilton, Ont., 29 février 1892 - Toronto, 10 septembre 1978). Fellow (Royal Society of Arts, Londres) 1954. Élève d'A.S. Vogt durant sept ans à Toronto, Seitz étudia ensuite à Berlin avec Josef Lhévinne (1910-14).

Seitz, Ernest

Ernest (Joseph) Seitz. Pianiste, professeur, auteur de chansons (Hamilton, Ont., 29 février 1892 - Toronto, 10 septembre 1978). Fellow (Royal Society of Arts, Londres) 1954. Élève d'A.S. Vogt durant sept ans à Toronto, Seitz étudia ensuite à Berlin avec Josef Lhévinne (1910-14). Ses projets de faire une carrière de concertiste en Europe furent interrompus par la déclaration de la Première Guerre mondiale. Il revint à Toronto et, plus tard, étudia à New York avec Ernest Hutcheson. Seitz se produisit quelque 18 fois au Massey Hall avec le TSO avant 1946, dans des oeuvres de Bortkiewicz, Chopin, Rubinstein, Tchaïkovsky et d'autres, ainsi que dans la création nord-amér. de Rio Grande de Constant Lambert le 11 février 1930. Il s'y fit également entendre en récital, de même qu'ailleurs en Ontario, dans l'Ouest du Canada (1926), aux stations radiophoniques CKNC et CFRB et à celles de la CCR et de la SRC. Durant les années 1920 et 1930, période où il fut le plus actif comme pianiste, il accompagna Arthur Blight, le violoniste Ferdinand Fillion et Luigi von Kunits, et il fut membre du Five-Piano Ensemble. Il fit ses débuts en récital à New York le 4 décembre 1922 après s'être produit dans cette ville comme soliste avec le Choeur Mendelssohn de Toronto. Il remplit d'autres engagements aux É.-U., notamment avec l'Orchestre philharmonique de New York, l'OS de Boston et l'Orchestre de Philadelphie. Il se produisit aussi deux fois à Toronto avec l'OS de New York (1922, 1924). À la suite d'un récital de Seitz, Hector Charlesworth écrivait (Globe and Mail, Toronto, 6 novembre 1942) : « Par ses moyens techniques et son inspiration, M. Seitz se classe parmi les pianistes contemporains les plus distingués... comme interprète, [il] manifeste une dignité et une autorité qui suscitent la confiance et stimulent l'attente des auditeurs... Son jeu réunit à la fois tendresse et noblesse et il est unique par la variété et la diversité des émotions exprimées... spécialement dans les pièces de Liszt, il révéla une maîtrise de la main gauche qui le classe à part parmi la plupart des pianistes, mais il ajoute à cette qualité un magnifique équilibre stylistique. » Seitz a enseigné au TCM (RCMT) de 1916 à 1946, notamment à Naomi Adaskin, André Asselin, Ewart Bartley, Muriel Gidley, Reginald Godden, Scott Malcolm, Adelmo Melecci, Earle Moss, Harold Packer, Charles Peaker et Lorne Watson. Malgré sa notoriété comme pianiste de concert et son succès comme professeur, Seitz fut davantage connu comme compositeur de la mélodie « The World is Waiting for the Sunrise » (paroles de Gene Lockhart) écrite en 1918. Parmi les autres chansons de Seitz figurent « Laddie Boy » (1932), « When Moonbeams Softly Fall » (1935, paroles de Donald Heins) et « The Sky's the Limit » (1943, paroles de G.L. Creed). Seitz abandonna la carrière en 1945 et devint prés. de l'entreprise familiale de vente de voitures à Toronto. En 1984, on inaugura l'Ernest Seitz Park à Toronto.


Lecture supplémentaire

  • 'Ernest Seitz,' Musical Canada, vol 6, Jan 1925

    Hunter, Carl. 'Conservatory portrait gallery no. 2 - Mr. Ernest Seitz,' CQR, vol 10, Winter 1928

    Withrow, John B. 'Ernest Seitz,' Bravo, Mar-Apr 1991

    Hutton, Jack. The World is Waiting for the Sunrise: An Affectionate Tribute to the Two Young Canadians Who Wrote the Tune in 1916, Ernest Seitz and Gene Lockhart (Bala 2000)