Royal Hamilton Light Infantry Band

Royal Hamilton Light Infantry Band.

Royal Hamilton Light Infantry Band

Royal Hamilton Light Infantry Band. Corps de musique formé en 1866 par Peter Grossman sous le nom de 13th Battalion Band, à la demande du commandant de la milice volontaire du 13th Battalion, et connu sous divers vocables selon les changements de noms successifs du bataillon : 13th Regiment (1900-1910), 13th Royal Regiment (1910-1920), Royal Hamilton Regiment (1920-1927) et Royal Hamilton Light Infantry (1927-1957, 1962-1968).

Grossman, qui est aussi chef de la première musique militaire de Hamilton (fondée en 1856, attachée à l'Independent Artillery Company de la milice), dirige la musique du 13th Battalion jusqu'en 1869. Il a comme successeur, durant un an, George R. Robinson qui, à son tour, est remplacé une autre année par W. Blachard. Robinson, diplômé de la RMSM (Kneller Hall) à Londres, revient en 1871 et demeure chef de musique jusqu'en 1916. Au fait des derniers développements des harmonies aux É.-U., Robinson ajoute clarinettes, saxophones, cors français, flûte, hautbois et basson à l'effectif habituel de cornets, trombones, euphoniums et tuba.

Durant ses 10 premières années d'existence, l'ensemble de 40 instrumentistes bien disciplinés concourt avec succès dans tout l'Est du Canada et le Nord-Est des États-Unis. Elle est la principale harmonie présente au Jubilé de la paix à Berlin (auj. Kitchener) en 1871, et joue en présence du gouverneur général et de son épouse lors de leur visite à Hamilton en 1879. En 1900, l'harmonie est invitée à donner un concert pour le Maple Leaf Club de Denver, Col., et en 1901, elle est choisie pour jouer à un dîner officiel à Toronto en l'honneur du duc et de la duchesse de York (plus tard George V et la reine Mary). Lors d'une tournée en Angleterre en 1919, le RHLI donne un spectacle à la demande du roi Edward VII.

Durant plusieurs années, sous les auspices du 13e bataillon, l'harmonie donne chaque hiver des concerts publics hebdomadaires dans la salle d'exercice. Pendant l'été, il remplit jusqu'à cinq ou six engagements par semaine : réceptions en plein air, concerts dans les parcs et excursions au clair de lune à bord de vapeurs à aubes sur le lac Ontario.

En 1912, cinq de ses anciens membres deviennent chefs de musique d'autres ensembles de la milice canadienne.

Robinson est le premier dans la milice à recevoir le titre honorifique de Chef de musique avec le grade de lieutenant. Il demeure le doyen de tous les chefs de musique actifs jusqu'à sa retraite en 1917. Walter, l'un des trois fils de Robinson, tous musiciens d'harmonie, succède à son père en 1916 et est chef de musique jusqu'en 1924. Sous sa direction, l'ensemble gagne le premier prix au concours de la CNE en 1921. David Anderson lui succède ensuite pendant 10 ans. Robinson revient diriger l'ensemble de 1936 à 1939. Le RHLI se produit pour le roi Georges VI et la reine Elizabeth (la Reine-Mère) à Hamilton pendant leur visite royale en 1939.

Les chefs de musique à la suite de Walter Robinson sont W. Sharman (1939-1942), H.J. Holder (1942-1950), H.G. Patterson (1950-1957), L. Sharman (1961-1966) et A.T. Dharmaratnam (1966-1968). L'harmonie est dissoute en 1957, reconstituée en 1962 pour le centenaire du régiment, dissoute de nouveau en 1972 et encore reconstituée en 1992 sous la direction du major Michael A. Rehill. Depuis 1992, l'harmonie se produit à de nombreux tattoos, festivals et célébrations militaires. En 1996, elle joue pour le prince de Galles et dirige la parade de la Coupe Grey. Suivant la tradition en vigueur lors des visites royales, le RHLI joue pour la reine lors de ses visites au Canada en 1998 et en 2002. En 2002, il se rend aussi en Europe et donne des représentations en Angleterre et en tant qu'harmonie officielle des forces canadiennes en commémoration du 60e anniversaire à Dieppe, en France.

Le Royal Hamilton Light Infantry Band est la plus ancienne harmonie du Canada.

Voir Harmonies, Festivals d'harmonies.

Bibliographie

Bereton GREENHOUS dir., Semper Paratus (Hamilton 1977).

Discographie

Semper Paratus, 2003.


Lecture supplémentaire

  • Semper Paratus, ed Bereton Greenhous (Hamilton 1977)