Québec (ville)

La ville de Québec, fondée en 1608, 531 902 habitants (recensement de 2016), 516 576 habitants (recensement de 2011). La ville de Québec, capitale de la province de Québec, est située sur la rive Nord du fleuve Saint-Laurent, au confluent de ce fleuve et de la rivière Saint-Charles. À cet endroit, le fleuve se rétrécit à un peu plus d'un kilomètre et un chapelet d'îles, dont la principale est l'Île d’Orléans, en complique l'accès en aval. Un promontoire de plus de 98 mètres, appelé le Cap Diamant, domine le site et se prête admirablement bien aux travaux de fortifications qui valent à Québec le surnom de « Gibraltar d'Amérique du Nord ». Québec tire probablement son nom d'un mot algonquien qui signifie « rétrécissement de la rivière ».
La ville de Québec, fondée en 1608, 531 902 habitants (recensement de 2016), 516 576 habitants (recensement de 2011). La ville de Québec, capitale de la province de Québec, est située sur la rive Nord du fleuve Saint-Laurent, au confluent de ce fleuve et de la rivière Saint-Charles. À cet endroit, le fleuve se rétrécit à un peu plus d'un kilomètre et un chapelet d'îles, dont la principale est l'Île d’Orléans, en complique l'accès en aval. Un promontoire de plus de 98 mètres, appelé le Cap Diamant, domine le site et se prête admirablement bien aux travaux de fortifications qui valent à Québec le surnom de « Gibraltar d'Amérique du Nord ». Québec tire probablement son nom d'un mot algonquien qui signifie « rétrécissement de la rivière ».


Fondation

Avant l'arrivée des Européens, le site de Québec est occupé par des chasseurs et des pêcheurs autochtones pendant quelques millénaires. Ainsi, en 1535, Jacques Cartier y trouve un important village iroquoien (environ 1 000 habitants) appelé Stadaconé. Vivant de pêche, de chasse et de la culture du maïs, ces Autochtones quittent Québec dans les années qui suivent et ne sont pas remplacés sur le site, qui reste toutefois visité par des nomades algonquins, probablement des Innus (Montagnais-Naskapis).

Mandaté par le roi de France, Jacques Cartier visite Stadaconé et y passe l'hiver 1535–1536. Ilrevient en 1541–1542 et hiverne à quelques kilomètres au sud-ouest, à Cap Rouge, avant de rentrer en France avec des barils de minéraux sans valeur (voir Diamants du Canada). L'échec de cette expédition et de celle de Jean-François de La Rocque Roberval (1542–1543) refroidit l'intérêt de la France et retarde tout établissement permanent. Il faut attendre que Samuel de Champlain y fonde, en 1608, un poste de traite qui va durer. Capturée par les frères Kirke en 1629, puis restituée aux Français en vertu du Traité de Saint-Germain-en-Laye (1632), la ville est attaquée à nouveau, sans succès, par Sir William Phips en 1690, mais elle est finalement conquise en 1759 par les troupes britanniques. Une invasion américaine y échoue en 1775–1776, maintenant la colonie sous contrôle britannique.


Expansion

L'emplacement de Québec va déterminer les caractéristiques de son développement. Au temps de la voile, Québec conserve une position dominante comme port d'entrée et de sortie pour la navigation océanique. Québec devient très tôt le lieu de transbordement des produits (surtout fourrures et bois) destinés aux commerces extérieur et intérieur ainsi que le point d'arrivée et de départ des voyageurs et des immigrants qui visiteront et peupleront l'Amérique du Nord. Cette position stratégique confère à Québec, depuis sa fondation, des fonctions politiques, administratives et militaires.

Les chemins de fer qui l'ignorent longtemps, la réorientation du commerce international, l'évolution technologique dans la navigation qui permet aux navires de rejoindre Montréal plus facilement et le déplacement de la population et de l'économie vers l'ouest tendent à marginaliser graduellement Québec depuis le milieu du XIXe siècle. Malgré des efforts répétés, Québec ne parvient pas retenir une activité économique productive substantielle et stable et devient graduellement un centre administratif et culturel de plus en plus provincial et même régional.

Entre 1960 et 1980, la croissance considérable du gouvernement provincial et de ses activités contribue à accélérer la croissance de Québec et de sa banlieue, tout en accentuant encore l'importance relative de sa fonction administrative. Toutefois, depuis les années 1980 et surtout dans les années 1990, la tendance s'arrête et s'inverse, même avec les compressions budgétaires. Enfin, la vocation touristique et culturelle de Québec continue de s'épanouir (voir Tourisme).

Paysage urbain

Québec demeure le principal centre de la culture française et le siège du seul gouvernement francophone d'Amérique du Nord. En plus d'en avoir conservé les vestiges et les traditions, elle a pu maintenir une homogénéité culturelle plus grande que Montréal, l'autre pôle déterminant de la culture française.

Parmi ses maisons d'enseignement, citons le Séminaire de Québec (1668) et l'Université Laval (1852). Jusqu'en 1920, cette dernière était la seule université francophone du Québec, jusqu'à ce que son université satellite, à Montréal, fondée en 1876, devienne indépendante et prenne le nom d'Université de Montréal, ce qui provoque souvent des affrontements acrimonieux à l'intérieur du clergé et des milieux politiques provinciaux. Située auparavant dans le Vieux-Québec, l'Université Laval se déplace graduellement, à partir de 1950, dans un nouveau campus spacieux en banlieue. Le siège social et plusieurs constituantes de l’Université du Québec s’installent également à Québec à partir des années 1960.

Le caractère historique de Québec transparaît dans l'architecture de la vieille capitale, qui a aussi fait l'objet de restaurations importantes et qui abrite maintenant des musées exceptionnels. Les gouvernements municipal, provincial et fédéral conjuguent leurs efforts et aménagent la place Royale, le parc de l'Artillerie et les fortifications de Québec (citadelle, murs, portes, forts de la rive Sud), le Vieux-Port, les voûtes du Palais, le Musée de l'Amérique française (1806, 1993), plusieurs musées privés, surtout religieux, et le Musée de la Civilisation (1988). En 1985, l'arrondissement historique du Vieux-Québec est inscrit sur la liste des sites du Patrimoine mondial de Nations Unies et accueille, depuis 1993, le secrétariat général de l'Organisation des villes du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Le Musée du Québec (1933), renommé en 2002 Musée national des beaux-arts du Québec, possède de nombreuses œuvres d'art ancien et moderne et fait partie d'un grand parc urbain, les plaines d'Abraham (ou parc des Champs de bataille, 1908), qui commémore la bataille décisive, épilogue de la conquête de la ville et de la Nouvelle-France par l'armée britannique (1759). Ajoutons enfin un aquarium, près du pont de Québec, et le Grand Théâtre de Québec (1971), qui héberge notamment l'Orchestre symphonique de Québec.

À quelques minutes de la ville se trouvent plusieurs centres de ski alpin et de randonnée, tels le Mont-Sainte-Anne, Stoneham et celui de Lac-Beauport. Après avoir eu longtemps d'excellentes équipes de hockey mineur, Québec obtient enfin son entrée dans le hockey professionnel majeur avec les Nordiques de Québec (1972), qui font partie de la Ligue nationale de Hockey (LNH) de 1979 à 1995. Vendue et déménagée à Denver, au Colorado, l'équipe, renommée Avalanche, gagne la coupe Stanley en 1996 et 2001. Un nouvel amphithéâtre multifonctionnel est construit en 2014–2015, dans l’espoir d’un retour du hockey professionnel. Québec est également l'hôte d'un tournoi international de hockey peewee.

Plusieurs manifestations attirent touristes et Québécois, notamment le Carnaval de Québec (voir Festivals d’hiver), qui a lieu en février depuis 1954; le Festival d'été international de Québec, en juillet; et on souligne plusieurs événements importants tels que les 300e (1908), 375e (1983), 450e de l'arrivée de Jacques Cartier (1984) et 400e anniversaires de la fondation de Québec. Les célébrations sont l’occasion d’accueillir sur les Plaines de nombreux spectacles musicaux d’envergure internationale, une tendance qui se confirme depuis, à chaque été.

Parmi les nombreux auteurs de Québec ayant marqué la littérature québécoise, citons Roger Lemelin, dont les romans ont pour toile de fond les quartiers ouvriers de la ville. Dans le monde du théâtre, il faut souligner la contribution de Robert Lepage et d’Ex Machina, un lieu de création multimédia d’envergure internationale, inauguré en 1997. Québec possède cinq stations de télévision, dont une anglophone, plusieurs stations communautaires, de nombreuses stations de radio et deux quotidiens, Le Soleil et le Journal de Québec.


En savoir plus // Québec

Québec City

Population (ville)

531 902 (2016)

Population (RMR)

800 296 (2016)

Rang au Canada

11

Fondée

1608

Superficie

453,38 km2

Altitude

74,4 m

Température moyenne quotidenne en juillet

19,28°C

Température moyenne quotidenne en janvier

-12,82°C

Précipitations annuelles

1 183,94 mm

Heures d’ensoleillement par année

1 916,26