Port au Choix

Port au Choix, ville de T.-N.; pop. 839 (recens. 2011), 893 (recens. 2006); const. en 1966; située sur la rive Ouest de la péninsule Great Northern.

Port au Choix, ville de T.-N.; pop. 839 (recens. 2011), 893 (recens. 2006); const. en 1966; située sur la rive Ouest de la péninsule Great Northern. Son nom vient du mot basque « Portuichoa », qui signifie « petit port ». Deux sites archéologiques importants ont été découverts à Port au Choix. Le premier, fouillé dans les années 50, est un important site esquimau de culture Dorset datant de 200 à 600 ans apr. J.-C. Il contient les ruines d'un groupe de maisons d'hiver rectangulaires et des âtres extérieurs semblant indiquer une utilisation à longueur d'année. Les multiples outils, armes, ornements et autres objets ont servi à définir la « culture Dorset de Terre-Neuve », dorénavant considérée comme une variante de la période Dorset intermédiaire plus générale à Terre-Neuve et au Labrador. Le deuxième site archéologique de Port au Choix est un vaste cimetière qui a permis de définir la tradition archaïque des Maritimes.

Les outils, armes, objets religieux et autres articles, de même que les restes de plus de 100 squelettes, indiquent la présence d'un peuple dont le mode de vie s'harmonisait aux ressources trouvées sur la côte de Terre-Neuve entre 2000 et 1200 av. J.-C. On trouve à Port au Choix un lieu historique national commémorant l'occupation autochtone du site. Les écrits historiques rapportent que Port au Choix était un important campement de pêche Basque au cours du XVIe siècle et un important campement français de la Côte Française du XVIIIe jusqu'à la fin du XIXe siècle, avant que des pêcheurs terre-neuviens et anglais s'y installent en faisant valoir énergiquement leur droit de s'établir sur cette côte contestée. La ville est un centre de transformation et de cueillette du poisson servant de centre régional de services.


En savoir plus // Terre-Neuve-et-Labrador