Peter Charles Newman

Peter Charles Newman, journaliste, écrivain, rédacteur en chef de journaux et de revues (Vienne, Autriche, 10 mai 1929).

Newman, Peter C.
Les livres de Newman se sont vendus \u00e0 un million d'exemplaires, fait probablement sans précédent au Canada (photo de Robert C. Ragsdale FRPS).

Peter Charles Newman, journaliste, écrivain, rédacteur en chef de journaux et de revues (Vienne, Autriche, 10 mai 1929). Né Peta Karel Neuman de parents juifs laïcisés, il arrive au Canada comme réfugié en 1940. Son père, qui envisage pour son fils une carrière dans les affaires, l'inscrit, en 1944, comme pensionnaire « invité de guerre » au Upper Canada College, où il rencontre des membres de la classe dirigeante canadienne, dont il écrira plus tard les biographies. Une fois qu'il maîtrise l'anglais, Newman commence à écrire, d'abord pour le journal de l'U. de Toronto, puis, en 1951, pour le Financial Post. À compter de 1953 et pendant trois ans, il est le rédacteur en chef du Post à son bureau de Montréal. Il retourne ensuite à Toronto pour devenir adjoint au rédacteur en chef, puis chroniqueur parlementaire à Ottawa du magazine Maclean's. À Ottawa, Newman écrit sa magistrale et populaire chronique politique sur John Diefenbaker, Renegade in Power: The Diefenbaker Years (1963). Cinq ans plus tard, il publie avec moins de succès une étude semblable sur Lester Pearson, The Distemper of Our Times (1968).

L'année suivante, il devient directeur de la rédaction du Toronto Star (publiant plus tard certains de ses meilleurs articles journalistiques dans Home Country: People, Places and Power Politics, 1973) et délaisse les hommes politiques au profit des membres de l'élite industrielle et commerciale canadienne. Dans Flame of Power (1959), il se penche sur la première génération de magnats de l'industrie et du commerce canadiens, dont il présente 11 portraits. Puis, dans de populaires études telles que The Canadian Establishment (en deux volumes, 1975, 1981), The Bronfman Dynasty (1978; trad. La dynastie des Bronfman, 1979) et The Establishment Man: A Portrait of Power (1982), il explore la vie de ceux qui exercent alors le pouvoir financier. Ses livres se vendent à un million d'exemplaires, ce qui est un succès peut-être sans précédent au Canada. Sous son influence, le reportage politique et le journalisme d'affaires réalisent un profond changement en adoptant un traitement plus personnalisé et plus évocateur.

Rédacteur en chef de Maclean's pendant 10 ans (1971-1982), il s'emploie à transformer cette publication mensuelle en une revue hebdomadaire traitant de l'actualité nationale et internationale selon un point de vue canadien. En 1982, il démissionne pour se consacrer à la rédaction d'un historique de la Compagnie de la baie d'Hudson en trois volumes. Deux volumes ont déjà paru (Company of Adventurers, 1985, et Caesars of the Wilderness, 1987). Un quatrième livre, qui s'ajoutera à ces trois volumes, comprendra des cartes géographiques, des graphiques et des schémas.


En savoir plus // Peter C. Newman