Le Canada et le maintien de la paix

Le maintien de la paix est un terme généralement appliqué aux activités des Nations Unies dans les pays touchés par la guerre ou d’autres conflits. Les forces de maintien de la paix, ou Casques bleus, travaillent à assurer la paix et la sécurité, à protéger les droits de la personne et à aider à restaurer l’état de droit. Ces forces sont généralement composées de membres des forces armées ou de la police ou encore d’experts civils. En raison du leadership de Lester Pearson dans la crise du canal de Suez en 1956 et le rôle que le Canada a joué dans la création de la Force d’urgence de l’ONU qu’il a aidé à créer, beaucoup de Canadiens voient le maintien de la paix comme une partie intrinsèque de l’identité nationale. Cela étant dit, depuis les années 1990, la réputation de gardien de la paix du Canada a été mise à mal par la controverse et plusieurs échecs lors de missions à l’étranger. Bien que la contribution du Canada aux opérations de maintien de la paix ait décliné depuis, les Casques bleus canadiens continuent d’œuvrer à l’international dans des pays comme Mali. En tout, plus de 125 000 Canadiens ont participé aux activités de maintien de la paix de l’ONU. Les Canadiens se sont aussi impliqués dans des opérations de paix de l’OTAN sanctionnées par l’ONU et dans des missions financées par la Force multinationale et Observateurs (FMO). Environ 130 Canadiens sont décédés dans le cadre de missions de paix.

Le maintien de la paix est un terme généralement appliqué aux activités des Nations Unies dans les pays touchés par la guerre ou d’autres conflits. Les forces de maintien de la paix, ou Casques bleus, travaillent à assurer la paix et la sécurité, à protéger les droits de la personne et à aider à restaurer l’état de droit. Ces forces sont généralement composées de membres des forces armées ou de la police ou encore d’experts civils. En raison du leadership de Lester Pearson dans la crise du canal de Suez en 1956 et le rôle que le Canada a joué dans la création de la Force d’urgence de l’ONU qu’il a aidé à créer, beaucoup de Canadiens voient le maintien de la paix comme une partie intrinsèque de l’identité nationale. Cela étant dit, depuis les années 1990, la réputation de gardien de la paix du Canada a été mise à mal par la controverse et plusieurs échecs lors de missions à l’étranger. Bien que la contribution du Canada aux opérations de maintien de la paix ait décliné depuis, les Casques bleus canadiens continuent d’œuvrer à l’international dans des pays comme Mali. En tout, plus de 125 000 Canadiens ont participé aux activités de maintien de la paix de l’ONU. Les Canadiens se sont aussi impliqués dans des opérations de paix de l’OTAN sanctionnées par l’ONU et dans des missions financées par la Force multinationale et Observateurs (FMO). Environ 130 Canadiens sont décédés dans le cadre de missions de paix.


Faits saillants sur le maintien de la paix du Canada

Combien de Canadiens ont participé à des missions de maintien de la paix ?

Au total, plus 125 000 Canadiens ont participé à des missions de maintien de la paix.

Combien de Casques bleus sont morts dans le cadre de leurs fonctions ?

Environ 130 Canadiens sont décédés dans le cadre d’opérations de maintien de la paix (dont 122 dans des missions de l’ONU).

Combien de Canadiens occupent actuellement des mandats de maintien de la paix ?

Environ 95 Canadiens sont impliqués dans des opérations de maintien de la paix, en date de 31 août 2020 (dont 34 dans des missions de l’ONU).

Premières interventions de l’ONU

La Charte des Nations Unies, rédigée à la fin de la Deuxième Guerre mondiale en 1945,comprend des mesures pour maintenir la paix et la sécurité internationales. Malgré tout, les tensions liées à la guerre froide entre les États-Unis et l’Union soviétique contrecarrentles tentatives de créer une force des Nations Unies permanente. Pour contourner ce problème, l’ONU envoie des forces militaires temporaires (d’abord simplement comme observateurs militaires) dans certaines des régions les plus à risques du monde.

La première intervention de l’ONU a lieu en avril 1948, lorsque l’organisation envoie des observateurs militaires dans la région hautement disputée du Cachemire, sur la frontière indo-pakistanaise. En mai, des observateurs militaires sont également postésle long de la frontière israélo-arabe (Palestine). En théorie, les observateurs militaires sont des médiateurs impartiaux qui surveillent les mouvements des armées en guerre, supervisent les cessez-le-feu et protègent les civils dans la région. Au Cachemire,le Canada contribue à la force de l’ONU à hauteur de huit officiers. Après 1953, Ottawa envoie également quatre officiers en Palestine, dont le major général E.L.M. Burns, quiprend le commandement des forces de l’ONU qui s’y trouvent dès février 1954.

Les Nations Unies



Lecture supplémentaire

  • L.B. Pearson, Mike, vol 2 (1973); A. Taylor et al, Peacekeeping (1968); J.L. Granatstein, et al, Shadows of War, Faces of Peace: Canada's Peacekeepers (1992).