Parti libéral du Québec (PLQ)

Le Parti libéral est la plus ancienne formation politique au Québec et également celle qui a été le plus souvent au pouvoir dans l’histoire de la province. Ce parti, qui a été au cœur de la Révolution tranquille au début des années 1960, prône le fédéralisme et privilégie un programme axé sur le développement économique. L’actuel chef du Parti libéral du Québec est Dominique Anglade.

Le Parti libéral est la plus ancienne formation politique au Québec et également celle qui a été le plus souvent au pouvoir dans l’histoire de la province. Ce parti, qui a été au cœur de la Révolution tranquille au début des années 1960, prône le fédéralisme et privilégie un programme axé sur le développement économique. L’actuel chef du Parti libéral du Québec est Dominique Anglade.


Fondation du Parti libéral du Québec

C’est dans les premières années de la décennie 1870 qu’émerge ce qui devient, à la fin du XIXsiècle, le Parti libéral du Québec (PLQ). Aux élections provinciales de 1886 et de 1890, le PLQ fait alliance avec le Parti national et c’est à l’élection provinciale de 1897 qu’il forme le gouvernement. Bénéficiant des succès de Wilfrid Laurier sur la scène fédérale, le parti gouverne jusqu’au milieu des années 1930. Au cours de cette période, il remporte de convaincantes victoires électorales contre les conservateurs. Il constitue alors un parti de notables qui défendent un programme libéral classique axé sur le développement économique. D’orientation fédéraliste et centriste, le PLQ représente les intérêts des milieux d’entreprises.

Au début des années 1930, les effets conjugués de la crise économique et de la corruption entament peu à peu les faveurs politiques du Parti qui, dirigé par Louis-Alexandre Taschereau, entre dans une période de déclin. Affaibli à l’élection de 1935, le Parti libéral cède la place à l’Union nationale (UN) de Maurice Duplessis en 1936. Il revient cependant au pouvoir dès 1939, avec Adélard Godbout. Si ses adversaires politiques l’accusent d’être trop près d’Ottawa, le Parti libéral propose cependant, avec Godbout, des mesures assez novatrices, notamment en accordant le droit de vote aux femmes (1940) et en procédant à la création d’Hydro-Québec (1944). Défaits aux élections de 1944, les libéraux retournent à l’opposition pour une longue période de 15 ans.

Jean Lesage

De 2020 à aujourd’hui

En mai 2020, Dominique Anglade, députée libérale de la circonscription montréalaise de Saint-Henri–Sainte-Anne, est nommée chef du Parti libéral du Québec. Ancienne ministre de l’Économie et vice-première ministre dans le gouvernement Couillard, Dominique Anglade est la première femme à se présenter à la direction du parti en 150 ans d’histoire. Elle est également la première femme noire à la tête d’un parti politique provincial dans l’histoire du Québec. 


Lecture supplémentaire

  • Frédéric Boily, « Le Parti libéral du Québec et l’émergence du centre droit (1960-1976), Bulletin d’histoire politique, vol. 21, n° 1 (automne 2012) : 150-160.

    Vincent Lemieux, Le Parti libéral du Québec. Alliances, rivalités et neutralités (Québec : Les Presses de l’Université Laval, 2008).

    Michel Lévesque, Histoire du Parti libéral du Québec. La nébuleuse politique (Québec : Septentrion, 2013).

    Michel Lévesque et Martin Pelletier, Le Parti libéral du Québec : bibliographie (1867–2006) (Québec : Bibliothèque de l’Assemblée nationale du Québec, 2006).

    François Pétry et al., Le Parti libéral. Enquête sur les réalisations du gouvernement Charest (Québec : Les Presses de l’Université Laval, 2006).

Liens externes