Olivia Poole

Susan Olivia Davis Poole, inventrice (née le 18 avril 1889 à Devils Lake, dans le Dakota du Nord; décédée le 10 octobre 1975 à Ganges, en Colombie-Britannique). Olivia Poole a été élevée dans la réserve ojibwée de White Earth au Minnesota. Là, elle s’est inspirée de la pratique traditionnelle qui consiste à utiliser une planche porte-bébé pour apaiser les bébés. En 1957, elle a breveté son invention, le sautoir pour bébés sous le nom de « Jolly Jumper ». Ce faisant, elle est devenue l’une des premières femmes autochtones au Canada à breveter une invention et à en tirer profit.



Une jeune Olivia Poole.

Premières années et éducation

Susan Olivia Davis naît de l’union de Miles Franklin Davis et de Charlotte Warren à Devils Lake, dans le Dakota du Nord. Elle passe son enfance dans la réserve de White Earth au Minnesota.

Pianiste de talent, Olivia étudie la musique au Brandon College, au Manitoba. Pendant son séjour au Manitoba, elle rencontre Delbert Poole et les deux se marient en 1909. Le couple à sept enfants. Ils déménagent d’abord en Ontario avant de s’installer à Vancouver en 1942.

Invention du Jolly Jumper

Dans la réserve de White Earth, Olivia Poole voit des mères utiliser des planches porte-bébé qui permettent aux mères et aux soignants de travailler ou d’effectuer leurs tâches quotidiennes en toute liberté, tout en gardant leur bébé bien attaché sur la planche. Certaines mères suspendent les porte-bébés à une solide branche d’arbre ou à une structure pour en faire une sorte de hamac ou de balançoire, ce qui amuse les bébés. Olivia Poole observe également des mères qui tirent sur les cordes ou les sangles en cuir qui suspendent la planche pour faire rebondir le bébé. Cela permet aux mères de travailler sans interruption pendant que les bébés se divertissent avec le rebondissement.

Planche porte-bébé

Mary Butler avec son enfant Lyda dans un porte-bébé traditionnel, probablement dans la réserve indienne de Makah – 1900.

En 1910, après avoir eu son premier bébé, Olivia Poole se remémore la façon dont les mères de la réserve White Earth utilisaient cette technique pour calmer leurs bébés. À cette époque, elle vit dans l’Ontario et n’a pas de porte-bébé à elle. À la place, elle décide d’en fabriquer un avec des objets trouvés dans sa demeure. Elle coud une couche en tissu dans un harnais et crée une attelle avec un manche de hache. Ce dispositif diffère de la planche traditionnelle, car les jambes du bébé pendent librement et aucune planche rectangulaire n’y est fixée. Finalement, elle ajoute un ressort et une connexion en caoutchouc pour que le bébé puisse rebondir tout seul. Sa balançoire est suffisamment basse pour que les orteils du bébé atteignent le sol, ce qui permet au bébé d’exercer les muscles de ses jambes.

Olivia Poole nomme son invention le « Jolly Jumper » [sautoir rigolo] et elle l’utilise pour ses sept enfants. Lorsque ses enfants sont devenus grands, elle continue à apporter des améliorations à son Jolly Jumper pour ses petits-enfants. Étant donné le succès de son invention au sein de la famille, la famille d’Olivia Poole l’a convainc de commercialiser le Jolly Jumper. Au début des années 1950, le Jolly Jumper d’Olivia Poole entre en production de masse pour la vente au détail. Son fils aîné, Joseph, l’aide à déposer sa demande de brevet en 1957 pour son invention appelée « Baby Supporter and Exerciser » [porte-bébé et exerciseur). Ensemble, ils créent la société Poole Manufacturing Co. Ltd., basée en Colombie-Britannique. La famille Poole vend l’entreprise dans les années 1960, mais la marque Jolly Jumper appartient aujourd’hui à une société basée à Mississauga en Ontario.

Une jeune Olivia Poole et son bébé. Cette image se trouve également dans un livre de Frieda Wishinsky et Elizabeth MacLeod, How to Become an Accidental Genius (2019). (Avec la permission de Julie Shepherd)
Brevet d’Olivia Poole pour le Jolly Jumper.
En 1967, l’édition printemps-été du catalogue Eaton annonçait le Jolly Jumper comme offrant « du plaisir et de l’exercice pour les bébés de 3 mois jusqu’à ce qu’ils puissent marcher ». (Catalogue Eaton, printemps-été 1967)

Décès et patrimoine

Olivia Poole décède des suites de complications d’une pneumonie le 10 octobre 1975 à Ganges, en Colombie-Britannique. Elle a été l’une des premières femmes autochtones au Canada à faire breveter une invention. Son histoire est racontée dans deux livres pour enfants : How to Become an Accidental Genius (2019), de Frieda Wishinsky et Elizabeth MacLeod; et Canadian Women Now and Then : More than 100 Stories of Fearless Trailblazers (2020), d’Elizabeth MacLeod. Selon un article du Toronto Star daté de juillet 1962, Caroline Kennedy, la fille du président américain de l’époque, John F. Kennedy, aurait été photographiée dans un Jolly Jumper, accompagné d’un texte affirmant que l’invention « sauve la vie » des mères.


Collection des peuples autochtones

Guide pédagogique perspectives autochtones

Liens externes