Motifs mordillés sur écorce de bouleau

Cet art consiste à perforer avec les dents des motifs sur de minces feuilles d'écorce soigneusement repliées.

Motifs mordillés sur écorce de bouleau

Cet art consiste à perforer avec les dents des motifs sur de minces feuilles d'écorce soigneusement repliées. On sait que cette technique a été pratiquée par les Ojibwés (ou Chippewa), les Cris et certains groupes algonquiens qui utilisaient beaucoup l'écorce de bouleau pour fabriquer des contenants à usage domestique, des recouvrements architecturaux, des canots d'écorce et des parchemins pictographiques. Le motif mordillé sur écorce est un art que pratiquaient à l'occasion les femmes autochtones, pour expérimenter des motifs qui seraient plus tard transposés sur des tressages de piquants de porc-épic ou des appliqués de perles, sur des contenants en écorce ou des vêtements en peau (voir Décorations de écorations de piquants de porc-épic). Il s'agissait d'une forme de loisir ou de compétition amicale.

Plus récemment, grâce à l'oeuvre de l'artiste crie Angelique Merasty d'Amisk (Beaver) Lake, en Saskatchewan, le motif mordillé sur écorce est véritablement devenu un art dont les produits sont vendus sur le marché. La virtuosité technique propre à Merasty et son répertoire visuel ont considérablement amplifié la gamme traditionnelle des motifs géométriques rudimentaires, qui comprend maintenant de riches motifs curvilignes représentant des fleurs, des insectes, des animaux et des humains.

Voir aussi Art autochtone.


Lecture supplémentaire

  • Elizabeth McLuhan and M. Zoccole, Wigwas: Birch Biting by Angelique Merasty (1983).

Liens externes