Ministère de la Marine

Le ministère de la Marine est la division du gouvernement français qui administre le Canada durant les cent dernières années du régime français. Le ministère de la Marine – considéré tour à tour comme un ministère, un département et un secrétariat d’État – administre la marine, les colonies et le commerce maritime français.

Le ministère de la Marine est la division du gouvernement français qui administre le Canada durant les cent dernières années du régime français. Le ministère de la Marine – considéré tour à tour comme un ministère, un département et un secrétariat d’État – administre la marine, les colonies et le commerce maritime français.


Origines

Le cardinal Richelieu, premier ministre de Louis XIII, crée le prototype du ministère de la Marine en 1624. Ce faisant, il devient « grand maître » de la navigation et du commerce en 1926. Ce titre lui confère l’autorité d’administrer les affaires navales sans créer une bureaucratie permanente. C’est au plus fidèle serviteur de Louis XIV, Jean-Baptiste Colbert, qu’il revient de créer un département gouvernemental au sens moderne du terme. Un édit du 7 mars 1669 crée le ministère de la Marine. Dans des bureaux à Versailles, Jean-Baptiste Colbert, aidé d’un personnel permanent, fixe les politiques et règlements du ministère. Celui-ci se divise finalement en bureaux dirigés par des premiers commis, puissants représentants de la fonction publique de l’époque.

Jean-Baptiste Colbert, Marquis de Seignelay, 1787

(courteoisie de bibliothèque et archives Canada/2877177)


La philosophie du ministère repose sur des idées mercantilistes selon lesquelles les colonies et le commerce qu’elles suscitent sont essentiels à la richesse et à la puissance de la métropole. Par conséquent, celle-ci se doit de maintenir une flotte pour les protéger et détruire la richesse et le pouvoir des nations rivales.

Administration de la Nouvelle-France

C’est le Bureau du Ponant du ministère de la Marine qui administre le Canada. Après 1710, la tâche d’administrer la Nouvelle-France devient la responsabilité du Bureau des Colonies.

Sous Jean-Baptiste Colbert, la France possède la plus importante flotte d’Europe afin de protéger ses intérêts coloniaux et commerciaux. Colbert organise aussi les Troupes de la Marine sous l’autorité du ministère pour aider à la défense des colonies françaises, dont la Nouvelle-France. Les soldats qui les composent constituent les premières forces armées régulières et permanentes du Canada.

A soldier from the Compagnies franches de la Marine

(courteoisie de Bibliothèque et Archives Canada/2837934)

Cependant, après 1690, malgré le développement croissant des colonies, la France abandonne sa stratégie navale et laisse sa flotte se détériorer. Au 18e siècle, des contrôleurs généraux à court d’argent épuisent régulièrement les fonds de la Marine; la protection des colonies décline donc. C’est ainsi qu’il devient presque impossible de défendre la Nouvelle-France contre les colonies britanniques de l’Amérique du Nord. (Voir aussi Guerre de Sept Ans; Conquête.)

Ce n’est qu’à l’époque de la Révolution américaine que la France tente de nouveau d’égaler la Grande-Bretagne sur les mers.

Voir aussi Ministère des Colonies.