Marine Building

Cet édifice domine le quartier des affaires de Vancouver depuis son inauguration. L'immeuble est formé d'une tour de 21 étages érigée sur un socle de 4 étages en étroit retrait du côté de la rue Hastings et d'une aile de 10 étages le long de la rue Burrard.

Édifice de la marine, vue intérieure
Vancouver, en Colombie-Britannique (McCarter et Nairne, 1929-1930); photo de Leonard Frank, 1930 (avec la permission de la Vancouver Public Library/PN 12011).

Le Marine Building (McCarter Nairne, 1929-1930) situé au 355, rue Burrard, à Vancouver, a été conçu et construit par Stimson Developers, une entreprise torontoise de courte durée, pour loger des intérêts commerciaux de la navigation commerciale et le Vancouver Merchants' Exchange. C'est le meilleur exemple existant à Vancouver de style art déco.

Cet édifice domine le quartier des affaires de Vancouver depuis son inauguration. L'immeuble est formé d'une tour de 21 étages érigée sur un socle de 4 étages en étroit retrait du côté de la rue Hastings et d'une aile de 10 étages le long de la rue Burrard. Un appartement-terrasse au toit en croupe chapeaute les retraits graduels de la tour. Les courtines, qui recouvrent une charpente d'acier avec des dalles en béton, sont faites principalement de briques de couleur chamois rosâtre combinées à de la terre cuite et sont lourdement chargées de bas-reliefs ornementaux (rose et verts avec des rehauts dorés). De riches ornements de terre cuite décorent aussi les portions les plus élevées du bâtiment le long des parapets de chaque retrait.

Les motifs décoratifs soulignent la position de Vancouver en tant que liaison maritime et ferroviaire. Près de la base, des panneaux de terre cuite décrivent l'histoire des transports et la découverte de la côte du Pacifique, et une frise composée de vagues, d'hippocampes et d'autres animaux aquatiques apparat sur les deux façades du bâtiment, juste au-dessus du rez-de-chaussée. L'entrée, rue Burrard, contenue dans des voûtes profondes est aussi décorée : la proue d'un bateau fait voile dans un coucher de soleil où volent des outardes. Les voûtes elles-mêmes sont pavoisées d'une poussée de la flore marine. Le traitement art déco se poursuit dans les grilles en bronze avec des coquilles, des spirales et des zigzags.

Les concepteurs ont poursuivi leur approche de décoration extravagante dans le vestibule (aujourd'hui quelque peu modifié à la suite d'une rénovation réalisée par l'architecte Paul Merrick de 1982 à 1989) où les murs revêtus de carreaux vert et bleu, le plafond aux poutres saillantes et le plancher au carrelage coloré et abstrait prenaient une allure spectaculaire avec un éclairage indirect dissimulé derrière des chandeliers d'applique en forme de proues de navire. Au-dessus de l'entrée principale, un drakkar (bateau viking) fonçait dans les vagues, une uvre en plâtre de Giles Holroyd.

En 1930, l'inauguration du Marine Building au coût de 2,3 millions de dollars (un dépassement de budget de 1,1 million) fait beaucoup de bruit. Des portiers costumés se tiennent devant les portes massives en cuivre ouvrant sur le vestibule, et des femmes en costumes de marin escortent les passagers dans les 5 ascenseurs ultrarapides aux murs incrustés de 12 essences de bois de feuillus de la Colombie-Britannique.

Au cours des ans, d'importants travaux de restauration de la maçonnerie extérieure sont exécutés afin d'en enrayer la détérioration. La Ville de Vancouver classe le Marine Building ressource historique et établit des restrictions à la modification ou la démolition de tout aspect extérieur du bâtiment. (voir aussi MCARTER NAIRNE, GRATTE-CIEL, 1914-1967, HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE et CONSERVATION DU PATRIMOINE)