Maladies d'origine hydrique

Ces organismes se trouvent habituellement dans l'eau contaminée par des déchets (excréments d'oiseaux et de mammifères en particulier) ou par des personnes ou des animaux infectés.

Choléra, épidémie de
En 1832, une fumée noire flotte au-dessus de Québec, pendant que les habitants terrifiés font br\u00fbler des chaudrons fumeux pour combattre le choléra. Peinture réalisée par Joseph Légaré (avec la permission du Musée des beaux-arts du Canada).

Maladies d'origine hydrique

Il s'agit de maladies ou d'affections résultant d'un contact avec l'eau ou de son ingestion. Comme les intoxications alimentaires, ces maladies sont des infections ou des intoxications. Les organismes responsables des infections sont des bactéries dont la SALMONELLE (cause de la salmonellose), la Shigella (shigellose), le Vibrio cholerae (choléra); des virus dont les rotavirus, l'agent de Norwalk et le virus de l'hépatite A; ou des parasites dont l'Entamoeba hystolytica (cause de l'amibiase), le Dracunculus (dracunculose) et le Giarda (giardiase).

Ces organismes se trouvent habituellement dans l'eau contaminée par des déchets (excréments d'oiseaux et de mammifères en particulier) ou par des personnes ou des animaux infectés. Les intoxications peuvent être de nature chimique (empoisonnement par le cuivre, le plomb, les insecticides) et surviennent en général par infiltration dans l'eau d'un métal provenant de tuyaux ou de contenants ou par fuite ou déversement accidentel de produits chimiques dans les sources d'approvisionnement d'eau. Elles peuvent aussi être causées par des toxines produites par les algues bleu-vert (cyanobactéries) dont l'Anabaena, la Microcystis et l'Oscillatoria. Des animaux sont morts au Canada après avoir bu de l'eau stagnante renfermant ces dernières. Toutefois, contrairement à l'Australie, il ne semble pas exister de maladies dues à la consommation d'eau qui seraient associées à la toxine de ces algues. Les infections peuvent être aiguës ou chroniques selon les conditions de contamination et la quantité d'eau consommée. De leur côté, les maladies résultant d'un contact avec l'eau sont causées par des bactéries dont la Leptospira icterohemoragica (cause de la leptospirose), la Chlamydia (conjonctivite des piscines) ou des parasites dont le Schistosoma (cause de la dermatite des nageurs et de la bilharziose).

Données canadiennes

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, la plupart des maladies intestinales qui existent dans le monde sont associées à l'eau. Heureusement, ce n'est pas le cas au Canada. Cependant, les données canadiennes sur les maladies d'origine hydrique sont limitées; quelques apparitions épidemiques sont rapportées chaque année et il est bien connu que beaucoup d'autres surviennent mais ne sont pas documentées. À partir des données disponibles depuis 1973, on a établi que la typhoïde (causée par la Salmonella typhi) est associée à l'eau d'un camp et à un aqueduc municipal utilisant l'eau insuffisamment chlorée provenant d'un lac. Les cas de shigellose et d'hépatite proviennent principalement des collectivités rurales du Nord, c'est-à-dire de villages autochtones ou inuits. Il est maintenant admis que la giardiase cause de graves diarrhées; on trouve parfois le parasite chez des personnes qui ont voyagé à l'étranger mais, le plus souvent, chez les habitants de petites municipalités qui n'ont pas de système de filtration de l'eau. Des animaux comme le CASTOR excrètent régulièrement dans l'eau le parasite Giardia. Les parasites résistent à la chloration mais peuvent être éliminés par filtration. Quelques intoxications ont été causées par de l'eau restée dans des tuyaux de cuivre récemment soudés ou par un excès de fluoration de l'eau. Dans certaines municipalités, où l'eau est acide, l'utilisation de tuyaux de plomb a eu pour conséquence de créer une eau à haute teneur en plomb. De nos jours, on se préoccupe surtout du Cryptosporidium Parvum et des entérovirus. Le Cryptosporidium est responsable de nombreuses éclosions de maladie aux États-Unis et au Royaume-Uni. Au Canada, la plus importante poussée infectieuse a lieu en 1993 lorsque plus de 1000 personnes sont infectées après avoir bu l'eau d'une source municipale dans le Sud de l'Ontario. Les vaches qui broutent en amont (bassin versant) des réserves d'eau potable semblent être une source importante de ce parasite.

En 1995, un autre parasite, le Toxoplasma gondii, cause des infections plus graves touchant plus de 100 personnes à Victoria (Colombie-Britannique). Les fèces de chats infectés ou d'un couguar ont probablement contaminé un réservoir local. C'est la première fois que cet agent pathogène est transmis par l'eau. Des virus ressemblant aux agents de Norwalk sont la cause d'importants cas d'infections au Québec. Étant donné que ces agents n'infectent pas les animaux, la source la plus probable de contamination serait les eaux usées. Les maladies engendrées par un contact avec l'eau sont rares au Canada et très peu de documentation existe à ce sujet. Cependant, la dermatite des nageurs peut représenter un problème dans certains lacs. Les baigneurs fréquentant les plages de la Colombie-Britannique voient leurs blessures envahies par le Vibrio parahaemolyticus (pouvant aussi causer une intoxication alimentaire). Il arrive parfois que des bains tourbillon soient contaminés par le Pseudomonas aeruginosa (bacille pyocyanique) qui cause des éruptions cutanées prurigineuses et des otites.

Contrôle

Les facteurs contribuant à l'apparition de maladies d'origine hydrique incluent l'utilisation d'eau non traitée, l'inondation des réserves d'eau, la contamination des puits à travers le roc ou le sol provenant d'une source d'eau non potable, la jonction fautive entre l'eau traitée et l'eau d'égout, la surcharge du système de traitement des eaux à la fonte des neiges ou après de fortes pluies, une chute de la pression d'eau occasionnée par la rupture de tuyaux ou par l'irrigation, ou l'ingestion de glace manipulée par des personnes infectées. Or, la plupart des maladies peuvent être évitées si le temps de chloration de l'eau est assez long et si le système de filtration est adéquat. Les municipalités qui prétendent ne pas avoir les moyens de se payer un système de filtration efficace peuvent s'attendre à des épisodes périodiques d'infections parasitaires telle la cryptosporidiose.

À cause de l'augmentation de la POLLUTION DE L'EAU au Canada, les loisirs aquatiques peuvent être l'occasion d'attraper des maladies. Les Canadiens se préoccupent de plus en plus de la pollution de l'eau (par des produits chimiques toxiques ou matières fécales). Par exemple, il arrive souvent que les plages publiques des grandes villes soient interdites aux baigneurs parce que la numération des coliformes fécaux est élevée et qu'un contact avec l'eau pourrait causer des atteintes telles qu'une infection des yeux, des oreilles ou du nez.


Liens externes