Musique à Lethbridge

Troisième ville en importance de l'Alberta, fondée vers 1870, établie comme ville en 1891 et comme cité en 1906. On lui donna le nom de William Lethbridge (1824-1901), premier prés. de la North Western Coal and Navigation Co.

Lethbridge

Troisième ville en importance de l'Alberta, fondée vers 1870, établie comme ville en 1891 et comme cité en 1906. On lui donna le nom de William Lethbridge (1824-1901), premier prés. de la North Western Coal and Navigation Co. Sa population (approximativement 60 000 âmes en 1989) comporte un grand nombre de Canadiens d'origine japonaise et le district englobe des centres mennonites et hutterites. Les principales industries de la région sont l'agriculture, les mines de charbon, la distillation, la transformation d'aliments, ainsi que la fabrication d'instruments aratoires et de maisons mobiles. L'Université de Lethbridge et le Lethbridge Community College y jouent aussi un rôle important.

Une des premières activités musicales consignées dans les annales de Lethbridge est une production de The Pirates of Penzance dans les années 1880. À partir de 1907, William James Nelson et sa femme Kate Bryce (née Marquis, élève de Frank Welsman) firent oeuvre de pionniers dans ce domaine de l'art. Ernest F. Layton, organiste à l'église presbytérienne Knox avant 1919 et sa femme Stella, soprano, jouèrent aussi un rôle important jusque dans les années 1930. George et Katherine Brown (respectivement violoniste et pianiste) accompagnèrent les films muets et, en 1935, ouvrirent le premier magasin de musique de la ville, connu plus tard sous le nom de Leister's Music.

En 1933, Jack Patey forma un orchestre de danse appelé l'Ambassador's Orchestra. La musique militaire de la 18e brigade de campagne de l'Artillerie royale canadienne, dirigée par Lewis Hurlbutt, était aussi florissante à la fin des années 1930. Le Rotary Club Minstrel Show, mis sur pied par J. Milton Moffat en 1935, fut dispersé au moment de la Guerre 1939-45 mais il revécut pour quelque temps dans les années 1950. Arthur (Kingsley) Putland (Angleterre 1898 - Lethbridge, 6 avril 1975) fut o. m. c. de l'église unie Southminster (1943-64) et chargé de cours au Lethbridge Junior College (1957-64), de même qu'à l'Université de Lethbridge (1967-73). Il composa également de la musique religieuse et patriotique. Un choeur féminin de 16 voix, les Glee Singers, fut formé en 1936 et dirigé par Janet McIlvena McLeod au cours des anneés 1940. Le Youth Choir, autre ensemble féminin formé en 1943 par Anne Campbell, devint en 1963 les Teen-Clefs. Ce groupe constitua à son tour, en 1968, le noyau des Anne Campbell Singers. Ces ensembles gagnèrent des prix à des concours européens et se produisirent à l'Expo 67, à Montréal, et à l'Expo 70 à Osaka. Un autre ensemble dirigé par Campbell, les Linnet Singers, vit le jour en 1977. La Lethbridge Junior Band fut formée par Frank Hosek père en 1946 et reçut l'appui du Lethbridge Music Club. Elle cessa d'exister en 1967 lorsque les écoles de la ville mirent sur pied un programme pour harmonies. Une harmonie de concert communautaire fut formée vers 1985, sous la direction de Robert M. Cook, mais en 1991, la seule fanfare de la ville était constituée d'un petit groupe de sonneurs de la Légion.

Parmi les artistes invités à Lethbridge ou dans les environs à l'occasion de leurs tournées figurent Mart Kenney et His Western Gentlemen qui, dans les années 1930, remplirent plusieurs engagements d'été au Waterton Lakes Park, et les interprètes présentés par le Lethbridge Women's Music Club (voir Lethbridge Music Club). Après son établissement en Alberta en 1946, la Celebrity Concert Series de Fred M. Gee desservit Lethbridge, d'abord grâce au parrainage de la chambre de commerce des jeunes de Lethbridge puis, plus tard, du Quota Club. L'Allied Arts Council de Lethbridge, fondé en 1957, et les Lethbridge Overture Concerts, mis sur pied en 1959, présentèrent aussi des artistes de passage. Ces deux groupes mirent fin à leurs activités devant l'affirmation croissante des talent locaux. L'Université de Lethbridge prit la relève du parrainage de concerts. Parmi les interprètes et ensembles réputés qui se sont produits à Lethbridge, on trouve Harry Belafonte, Liona Boyd, Clara Butt, le Canadian Brass, la COC, le choeur des Cosaques du Don, les Fisk Jubilee Singers, Maureen Forrester, Harry Lauder, Lois Marshall, John Ogdon, l'Orchestre philharmonique de Calgary, l'Orchestre symphonique d'Edmonton, l'OS de Minneapolis, les Petits chanteurs de Vienne, Lily Pons, Quartet Canada, le Quatuor à cordes Hart House, Thomas L. Thomas, Jon Vickers et William Warfield.

En 1960, 24 amateurs dirigés par Albert Rodnunsky formèrent l'OS de Lethbridge (voir Orchestres). Quelques musiciens de l'orchestre se joignirent à des médecins, dentistes, professeurs et étudiants en 1963 pour former la Big Band (encore active en 1991), dirigée par J.H. Noble. L'OS de Lethbridge donna aussi naissance au Symphony Chorus, à la Symphony Women's League et au Southern Showcase qui, en 1964, devint le Lethbridge Musical Theatre et présenta Finian's Rainbow et Oklahoma! sous la direction de Rodnunsky. Le Lethbridge Musical Theatre devint un groupe distinct en 1968 et demeurait en activité en 1991, mais le Symphony Chorus cessa d'exister en 1970 en raison d'un manque de voix d'hommes adéquates. Il fut remplacé par Vox Musica, un choeur communautaire formé à l'université en 1984, ainsi que par un ensemble semi-professionnel, les University Singers, tous deux sous la direction de George Evelyn. Le Southern Alberta Chamber Orchestra, né en 1981 sous le nom de Lethbridge Symphony Chamber Orchestra, a été dirigé par Stewart Grant (voir Orchestres).

Afin de stimuler la formation d'instrumentistes à cordes, un sous-comité de l'association symphonique, créé par la prés. de l'OS de Lethbridge, Margaret Nelson, et appuyé par Alberta Culture, le CAC, les districts scolaires 51 et 9, le club Kiwanis, l'Université de Lethbridge et Dresser Clarke Ltd., mit sur pied le Lethbridge String Instrument Program, inspiré de la méthode Suzuki. Avec Norbert Boehm comme instructeur, un programme d'enseignement du violon à l'école fut inauguré en 1975. Des classes de violoncelle débutèrent en 1978 sous la direction de David Conroy et un programme d'enseignement des instruments à cordes au niveau de la quatrième année démarra en septembre 1978. Boehm et Conroy furent désignés pour structurer le noyau d'un orchestre symphonique à Lethbridge. Une ramification du mouvement, Musaeus (quatuor à cordes et hautbois), a effectué des tournées en Alberta, en Saskatchewan et en Colombie-Britannique. Il s'est également produit sur les ondes de la radio de la SRC.

L'éducation musicale à Lethbridge remonte au moins aux années 1920, alors que P.J. Collins enseigna la méthode « tonic sol-fa » dans les écoles élémentaires. Sous le nom de « Miss McIlvena », Janet McIlvena McLeod présenta à la SRC la première émission éducative « Sing and Play », au cours des années 1940. Elle fut également superviseure de la musique dans les écoles de la ville. En 1942, Kate B. Nelson et Florence B. Campbell mirent sur pied la succursale de Lethbridge de l'Alberta Music Teachers' Assn (ARMTA après 1947). En 1991, l'association continuait de parrainer annuellement des concerts par de jeunes artistes, dont Angela Cheng, Jamie Syer et Jeffrey Calman. En 1965, Albert Rodnunsky inaugura un programme d'harmonie scolaire à la Hamilton Junior High School. Le dépt de musique de l'Université de Lethbridge ouvrit ses portes en 1967 et décerna son premier B.Mus. en 1975 à Marcia Swanston (plus tard associée à la COC).

Le premier festival-concours du district de Lethbridge eut lieu en 1930 avec Healey Willan comme juge. En 1952, la Lethbridge Festival Assn fut prise en charge par le club Kiwanis. En 1973, le club établit une fondation pour donner des bourses lors du festival de musique; elle était dirigée par Steve Wild. En 1990, des bourses totalisant 14 000 $ avaient été décernées. Cette année-là, le festival célébra son 60e anniversaire conjointement avec le 75e anniversaire du mouvement Kiwanis international. Il y eut près de 2000 inscriptions et plus de 7000 jeunes participèrent.

Parmi les musiciens nés à Lethbridge ou dans les environs, on retrouve Dale Bartlett (New Dayton), Gordon K. Greene (Cardston), Joni Mitchell (Fort McLeod), Linda Lee Thomas (Cardston) et Thomas Williams (Lethbridge).