Kenneth Allan Caldwell Elliott

Kenneth Allan Caldwell Elliott, biochimiste et neurochimiste (né le 24 août 1903 à Kimberley, Afrique du Sud; décédé le 28 avril 1986 à Montréal, Québec). Pionnier de l'étude de la chimie du cerveau, Elliott est le premier chercheur à porter officiellement le titre de neurochimiste à l'Institut neurologique de Montréal (1944).

 Dr. Kenneth Allan Caldwell Elliott.
Crédit: Venetia Crawford (née Elliott).

Formation et début de carrière

Kenneth Allan Caldwell Elliott, biochimiste et neurochimiste (né le 24 août 1903 à Kimberley, Afrique du Sud; décédé le 28 avril 1986 à Montréal, Québec). Il étudie au Rhodes University College (Grahamstown, Afrique du Sud), où il décroche un B. Sc. en physique (1923) et un M. Sc. en chimie organique (1924). Après ses études, il travaille deux ans comme chimiste pour une compagnie minière à Broken Hills en Rhodésie du Nord (aujourd’hui Kabwe, Zambie) et pour une fabrique de dynamite à Johannesburg (Afrique du Sud).

De 1926 à 1933, Elliott poursuit ses études en chimie et biochimie au Selwyn College de l’Université de Cambridge en Angleterre. En 1930, il y obtient son Ph. D. (il recevra en 1950 son Sc. D. de cette même institution), puis se rend à Munich où il travaille avec un spécialiste allemand, le professeur Heinrich Wieland, sur les peroxydases. Ces dernières figurent parmi les enzymes les plus répandues chez les êtres vivants et accélèrent les réactions chimiques au sein des cellules. Il retourne ensuite brièvement à Cambridge où il est élu membre du Selwyn College.

En 1933, il traverse l’Atlantique et œuvre d’abord au sein de la Fondation de recherche biochimique de l’Institut Franklin à Philadelphie (Biochemical Research Foundation, Franklin Institute) où il rencontre sa future épouse, Frances Howland, également chimiste de formation.

Premier neurochimiste de l’Institut de neurologie de Montréal

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, il travaille au sein de l’Institut psychiatrique de l’Hôpital de Pennsylvanie en tant que biochimiste associé à l’Université de Pennsylvanie et mène des recherches sur le cerveau humain. En 1944, il se rend à Montréal où il devient le premier à porter officiellement le titre de neurochimiste de l'Institut neurologique de Montréal (1944-1965). Il collabore avec le Dr Wilder Penfield, neurochirurgien et neurochimiste de renommée internationale, reconnu notamment pour ses travaux sur l’épilepsie.

Elliott enseigne aussi comme professeur à l’Université McGill de 1958 à 1971. Il est le premier directeur du laboratoire Donner de neurochimie expérimentale (1951-1965) et il devient aussi directeur du Département de biochimie de McGill de 1958 à 1968. Il demeure titulaire de la chaire Gilman Cheney de biochimie jusqu’en 1971.

L’élaboration de la « solution d’Elliott »

Il poursuit des recherches novatrices sur l'œdème cérébral résultant d'un traumatisme, les neurotransmetteurs inhibiteurs et excitateurs, ainsi que la biochimie de l'épilepsie. Il analyse la composition chimique du liquide dans lequel baigne le cerveau, ce qui lui permet d'élaborer la « solution d'Elliott ». Ce substitut artificiel du liquide céphalo-rachidien doit réduire les risques de réactions nocives et d’un gonflement des tissus durant les opérations du cerveau et il demeure utilisé aujourd’hui.

Au cours de sa carrière, le Dr Elliott publie plus de 140 articles et est le rédacteur en chef de deux éditions de l’ouvrage de référence Neurochemistry (1955 et 1962). De 1956 à 1959, il est éditeur du Canadian Journal of Biochemistry and Physiology. Il est parmi les premiers membres de l’American Society for Neurochemistry et de l’International Society for Neurochemistry. Pendant plusieurs années, il est également membre du comité aviseur de la Société canadienne de la sclérose en plaques.

À sa retraite en 1971, il se joint au Service universitaire canadien outre-mer (CUSO) et enseigne la biochimie aux étudiants en médecine à Enugu, au Nigeria. En 1964, il a été le premier professeur invité de l’échange Norman-Bethune entre l’Université McGill et le Collège médical de Beijing (aujourd’hui le Centre des sciences de la santé de l’Université de Beijing).

Engagement social et distinctions

Le Dr Elliott a reçu la médaille du Centenaire du Canada (1967) et il a été élu membre de la Société royale du Canada. En 1973, il est nommé professeur émérite de l’Université McGill. Malgré ses nombreuses occupations professionnelles, il soutient différents organismes voués à la promotion de la paix et de la démocratie ou venant en aide aux plus démunis.

Les archives du Dr Elliott sont conservées par la Bibliothèque Osler d’histoire de la médecine (Olser Library of the History of Medicine) de l’Université McGill.


Lecture supplémentaire

  • Kenneth Allan Caldwell Elliott, « An Unorthodox Career », Bulletin of the Canadian Biochemical Society vol. VII, n° 1 (juin 1980).

    Stanley Brice Frost, McGill University. For the Advancement of Learning, vol. 2, 1895-1971 (Montréal : MQUP, 1984).

    Rose Johnstone, « A Sixty-Year Evolution of Biochemistry at McGill University », Scientia Canadensis, vol. 27 (2003) et « A History of the Department of Biochemistry at McGill University », CSMCB/SCBBMC Bulletin (2003).

    Leonhard S. Wolfe, « In Memoriam: Kenneth Allan Caldwell Elliott », Journal of Neurochemistry, vol. 47, n° 3 (1986).

Liens externes