Nation Kainai (tribu des Blood)

La Nation Kainai (G-ai-nah), aussi connue sous le nom de tribu des Blood, est une Première Nation basée dans le sud de l’Alberta. La Nation Kainai détient deux réserves, Blood 148 et Blood 148 A. Blood 148, la principale réserve de la nation, est la plus grande réserve en superficie des Premières Nations au Canada. Elle couvre 1342,9 km2, et est située au sud-ouest de la ville de Lethbridge, au nord du village de Cardston, et à l’est de Pincher Creek. La seconde réserve de la nation est reconnue comme étant une concession forestière et est utilisée pour la chasse et la pêche. En 2021, on compte 8517 personnes vivant sur la réserve principale, ce qui en fait l’une des réserves les plus peuplées du Canada. Au total, la Nation Kainai compte 12 738 membres inscrits. (Voir aussi Réserves en Alberta.)

La Nation Kainai est signataire du Traité no 7. Red Crow signe au nom de la nation en 1877. (Voir aussi Histoire de la Nation Kanai (tribu des Blood).

La Nation Kainai (G-ai-nah), aussi connue sous le nom de tribu des Blood, est une Première Nation basée dans le sud de l’Alberta. La Nation Kainai détient deux réserves, Blood 148 et Blood 148 A. Blood 148, la principale réserve de la nation, est la plus grande réserve en superficie des Premières Nations au Canada. Elle couvre 1342,9 km2, et est située au sud-ouest de la ville de Lethbridge, au nord du village de Cardston, et à l’est de Pincher Creek. La seconde réserve de la nation est reconnue comme étant une concession forestière et est utilisée pour la chasse et la pêche. En 2021, on compte 8517 personnes vivant sur la réserve principale, ce qui en fait l’une des réserves les plus peuplées du Canada. Au total, la Nation Kainai compte 12 738 membres inscrits. (Voir aussi Réserves en Alberta.) La Nation Kainai est signataire du Traité no 7. Red Crow signe au nom de la nation en 1877. (Voir aussi Histoire de la Nation Kanai (tribu des Blood).) 


Histoire

Les Kainai font partie de la Confédération des Pieds-Noirs , et leur territoire s’étend des montagnes Rocheuses à l’ouest jusqu’aux Great Sandhills à l’est, dans ce qui est maintenant la Saskatchewan . Le territoire est délimité par la rivière Saskatchewan Nord au nord et par la rivière Yellowstone, dans ce qui est maintenant le Montana, au sud.

La croyance des Kainai est qu’ils ont été placés sur ce territoire par le Créateur Napi. Ils sont un peuple nomade qui chasse le bison comme principale source de subsistance. Étant un peuple des Prairies, les Pieds-Noirs sont constamment en guerre avec les nations voisines, notamment les Cris .  

Les Kainai organisent l’histoire en sept périodes. La période historique actuelle est appelée i’kookaikski, ce qui signifie « le temps où les gens utilisaient des conceptions de tipis , » en Pied-Noir. Cette période remonte jusqu’à il y a 500 ans, et elle comprend la vie avant le contact avec les Européens, en passant par la signature du Traité no 7 , jusqu’aux temps modernes.

Selon les archives de la Compagnie de la Baie d’Hudson , les Pieds-Noirs font la rencontre des marchands pour la première fois en 1691, ce qui mène à une phase de commerce et de colonisation dans les territoires des Pieds-Noirs. La colonisation et l’expansion des réseaux de traite conduisent à une chasse excessive des troupeaux de bisons. Cette chasse excessive coïncide avec plusieurs hivers difficiles. Parmi ces hivers survient otsistsi pakssaisstoyiih pi, « l’année où l’hiver était ouvert et froid. » De plus, la police à cheval du Nord-Ouest arrive dans l’ouest en 1874, favorisant davantage la colonisation des territoires des Pieds-Noirs par les colons non autochtones. Ces éléments contribuent au choix qu’ont fait les Kainai de signer les traités de paix. (Voir aussi Histoire de la Nation Kanai (tribu des Blood) .

Traité no 7

Traité 7
(avec la permission de Native Land Digital / Native-Land.ca)

En 1877, Red Crow signe le Traité no 7 . Il est le chef de clan des Mamio-yiksi (clan des Fish Eaters) et chef des Kainai. Red Crow apprend une grande partie de ses compétences en négociations de son oncle Piinakkoyim (Seen From Afar). En 1855, celui-ci a négocié Otahkoi iitahtaa, ou le Traité de Lame Bull, avec le gouvernement des États-Unis.

La signature du Traité no 7 change radicalement la vie des Kainai. Le traité est signé afin d’offrir des avantages à la Tribu des Blood. Ces avantages sont censés inclure l’accès à l’éducation, aux soins de santé, et au développement économique. Red Crow négocie pour que la tribu des Blood puisse vivre dans la région traditionnelle connue sous le nom de Belly Buttes. De nos jours, c’est là que se trouvent les réserves de la Nation Kainai.  

Après l’établissement de la réserve, les Kainai sont liés par la Loi sur les Indiens , qui, entre autres conditions, impose un système de laissez-passer au Canada et des pensionnats indiens à la nation. 

Revendications territoriales et autres colonies

Au fil des années, la Nation Kainai dépose plusieurs revendications particulières auprès du gouvernement fédéral. Le processus des revendications particulières, introduites en 1973, répond aux griefs des Premières Nations qui ont signé les traités, mais qui n’ont pas reçu ce à quoi elles ont droit. 

Par exemple, la Nation Kainai règle une revendication relative au bétail avec le gouvernement canadien en juillet 2019. La revendication porte sur la mauvaise gestion du bétail de la nation par le gouvernement entre 1894 et 1923. Le règlement fournit 150 millions de dollars à la réserve. De ce montant, un montant de 27 millions est destiné à être distribué aux membres de la bande, et le montant de 123 millions restant est destiné à des projets de logements, de travaux d’immobilisation, et d’installations de loisir, comme une nouvelle patinoire de hockey.

Première Nation de Kainai

Des membres de la Première Nation de Kainai présentent la cérémonie annuelle de la danse du soleil sur leur réserve, Blood no 148, en août 1953.


Actuellement, la Nation Kainai est également en cour pour discuter de l’indemnisation pour le « Big Claim. » Cette revendication est une revendication territoriale initialement lancée en 1980. En 2019, un juge de la Cour fédérale détermine que la tribu des Blood a droit à 1838 km2 de terres de réserve en vertu du Traité n7 . Cependant, le Canada n’a pas rempli cette obligation. Le tribunal juge que la nation a droit à 420 km2 supplémentaires de terres de réserve.  

Gouvernance

La Nation Kainai fait partie de la Confédération des Pieds-Noirs , avec les Nations Piikani et Siksika. Le leadership et le pouvoir sont diffusés dans un système non hiérarchique, et fragmentés à travers un système complexe de gouvernance. La Nation Kainai (et la Confédération dans son ensemble) est gouvernée par un vaste réseau de différents clans et de sociétés d’honneurs (ou guerrières). Les sociétés des Pieds-Noirs comprennent les sociétés Horn et Tall and Bull, entre autres. En tant que partie du modèle de gouvernance des Pieds-Noirs, chaque société maintient une responsabilité et une fonction spécifique au sein de la nation. Par exemple, la société Horn est chargée de diriger certaines pratiques culturelles et spirituelles.

En dehors du modèle de société, la Nation Kainai maintient également un système de clans. Les clans sont basés sur la parenté. Parmi les exemples de clans Kainai, on trouve le clan Many Ghosts, le clan All Tall People, le clan Fish Eaters et le clan Small Blanket.

En termes de gouvernance moderne, la nation est gouvernée par un chef et un conseil élus (constitué de 12 conseillers maximum) pendant un mandat de quatre ans. La Nation Kainai est actuellement dirigée par le Chef Roy Fox (Makiinima). Celui-ci a été élu récemment, en 2016, mais il a également été chef au cours des années 1970 et 1980.  

Arts et Culture

La Nation Kainai est le foyer d’un certain nombre d’acteurs, de réalisateurs et d’athlètes réputés. L’acteur Eugene Brave Rock, qui a grandi sur la réserve, est connu pour son rôle dans le film Wonder Woman de DC Comics. L’actrice et réalisatrice Elle-Máijá Tailfeathers a reçu des éloges pour son travail sur des films comme The Body Remembers (When the World Broke Open) et Blood Quantum (v.f. Rouge Quantum).

Tom Three Persons

Tom Three Persons, de la Nation Kainai, remporte le championnat de monte à dos de bronco au Stampede de Calgary en 1912. 

(photo par Jens E. Swensen, avec la permission de Bibliothèque et Archives Canada/3259415)


L’athlète Joy SpearChief-Morris est également membre de la Nation Kainai. Joy SpearChief-Morris représente le Canada aux compétitions internationales sur piste, et elle représentera le Canada aux Jeux olympiques d’été de 2020 qui sont reportés. 

La Nation Kainai a également une histoire de compétitions de rodéo. Par exemple, Tom Three Persons est reconnu pour ses prouesses lors des compétitions de monte à dos de bronco. Tom Three Persons a remporté cette compétition lors du Stampede de Calgary en 1912, et il a été intronisé au Canadian Pro Rodeo Hall of Fame en 1983.


Mots-clés : Réserves

Réserve

Terre mise de côté par le gouvernement fédéral pour l’usage d’une bande autochtone. Les réserves sont gérées en vertu de la Loi sur les Indiens.

Établissement

Endroit, généralement sur des territoires provinciaux, où la majorité de la population est autochtone. Contrairement aux réserves, les établissements ne sont pas encadrés par la Loi sur les Indiens.

Bande

Terme colonial défini par la Loi sur les Indiens et désignant un groupe des Premières Nations qui possède, généralement, une terre de réserve. Plusieurs bandes préfèrent la dénomination de Première Nation et ont changé leur nom en conséquence.

Premières Nations

Peuples autochtones du Canada qui ne sont ni métis ni inuits. Le terme « Première Nation » peut aussi désigner une bande ou un peuple faisant partie d’un plus grand groupe autochtone. Par exemple, la Première Nation crie comprend plusieurs petites communautés (ou bandes), comme la Première Nation crie de Beaver Lake, en Alberta, et la Première Nation crie de Moose, en Ontario.

Indien inscrit

Terme juridique appliqué aux membres des Premières Nations dont le nom est inscrit dans le Registre des Indiens, un document tenu par le gouvernement fédéral. Pour obtenir le statut d’Indien inscrit, certains critères définis dans la Loi sur les Indiens doivent être respectés.