International Woodworkers of America-Canada

Les International Woodworkers of America (aujourd'hui IWA-Canada) voient le jour en 1937 dans le cadre d'une poussée de syndicalisation industrielle amorcée par le Committee for Industrial Organization (devenu le Congrès des organisations industrielles).

International Woodworkers of America-Canada

Les International Woodworkers of America (aujourd'hui IWA-Canada) voient le jour en 1937 dans le cadre d'une poussée de syndicalisation industrielle amorcée par le Committee for Industrial Organization (devenu le Congrès des organisations industrielles). Les IWA atteignent rapidement la Colombie-Britannique, où ils absorbent des syndicats déjà établis, comme la Lumber Workers' Industrial Union Syndicat industriel des bûcherons), dont la croissance est issue des importants conflits de travail survenus au cours des années 30 dans les industries forestières et du sciage. En 1946, une grève fructueuse et un effort d'organisation font des IWA le plus important syndicat de l'Ouest du Canada, rang qu'il a généralement réussi à conserver depuis. En 1948, la direction des IWA, alors communiste, est remplacée par une direction d'allégeance néo-démocrate qui perdure encore.

Jusqu'en 1986, la frontière entre le Manitoba et l'Ontario servait de ligne de démarcation entre les deux régions de l'Ouest et de l'Est des IWA. L'événement le plus célèbre de la région de l'Est est la GRÈVE DES BÛCHERONS DE TERRE-NEUVE en 1957, à la suite de laquelle SMALLWOOD, le premier ministre de la province, promulgue une loi unanimement condamnée interdisant l'établissement des IWA à Terre-Neuve. En 1986, les deux régions fusionnent sous la présidence de Jack Munro, qui dirigeait la région de l'Ouest depuis 1973. Munro quitte le syndicat en 1991 et Gerry Stoney lui succède.

En 1987, la section canadienne du syndicat se sépare du syndicat auparavant international et instaure un syndicat canadien indépendant, conservant seulement l'acronyme familier « IWA » dans le nouveau nom, soit « IWA-Canada ». Ses effectifs ont diminué d'un maximum de 55 000 membres en 1981 à environ 43 000 en 1994. Les membres appartiennent surtout aux industries forestières et du sciage de la Colombie-Britannique, du Nord de l'Ontario et des Prairies.