Hospitalières de Saint-Joseph

À partir du milieu du XIXe siècle, les Hospitalières de Saint-Joseph de Montréal fondent en Amérique des hôpitaux et, en réponse à des besoins particuliers, elles prennent aussi charge d'une léproserie, d'orphelinats et d'écoles.

Hospitalières de Saint-Joseph

Hospitalières de Saint-Joseph La Congrégation des hospitalières de Saint-Joseph est fondée en 1636 à La Flèche, en France par Jérôme Le Royer de la Dauversière et Marie de la Ferre; l'objectif principal de cet institut, non cloîtré à l'origine, est le soin des malades pauvres dans l'Hôtel-Dieu de La Flèche. En 1659, mandatées par leur fondateur, trois Filles de Saint-Joseph arrivent à Montréal pour seconder Jeanne MANCE dans le petit hôpital qu'elle a fondé à la demande de Le Royer. Après la mort de mademoiselle Mance en 1673, les Hospitalières deviennent administratrices de l'Hôtel-Dieu de Montréal. À cette époque, peu de temps après la mort de Jérôme Le Royer en 1659, la congrégation est devenue un Institut cloîtré, à vœux solennels, connu sous le nom de Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph.

À partir du milieu du XIXe siècle, les Hospitalières de Saint-Joseph de Montréal fondent en Amérique des hôpitaux et, en réponse à des besoins particuliers, elles prennent aussi charge d'une léproserie, d'orphelinats et d'écoles. Cette expansion, qui s'étendra éventuellement jusqu'en Afrique et en Amérique latine, coïncide avec le mouvement de retour aux origines qui, au milieu du XXe siècle, réussit à réunir toutes les maisons en généralat, sous une seule administration centrale, avec une maison générale à Montréal : en 1953, généralat d'Amérique auquel se joignent, en 1965, les Hospitalières de France.