Ethel Stark

Ethel (Gertrude) Stark. Violoniste, chef d'orchestre, professeure (Montréal, 25 août 1910 - 16 février 2012). Lauréat (AMQ) 1927, diplôme (Curtis) 1934, Fellow (Royal Society of Arts) 1980, LL.D. h.c. (Concordia) 1980.
Ethel (Gertrude) Stark. Violoniste, chef d'orchestre, professeure (Montréal, 25 août 1910 - 16 février 2012). Lauréat (AMQ) 1927, diplôme (Curtis) 1934, Fellow (Royal Society of Arts) 1980, LL.D. h.c. (Concordia) 1980.


Ethel Stark

Ethel (Gertrude) Stark. Violoniste, chef d'orchestre, professeure (Montréal, 25 août 1910 - 16 février 2012). Lauréat (AMQ) 1927, diplôme (Curtis) 1934, Fellow (Royal Society of Arts) 1980, LL.D. h.c. (Concordia) 1980. Ethel Stark étudie le violon d'abord avec Alfred De Sève, puis au McGill Conservatory avec Saul Brant grâce à la bourse MacDonald. Au Curtis Institute de Philadelphie (1928-1934), elle étudie avec Lea Luboshutz (violon), Louis Bailly (musique de chambre), Artur Rodzinski et Fritz Reiner (direction d'orchestre). Elle travaille aussi le violon avec Carl Flesch.

Elle est la première Canadienne à se produire comme soliste dans une émission diffusée aux États-Unis (en 1934), jouant alors le Concerto de Tchaïkovski avec le Curtis Symphony Orchestra dirigé par Fritz Reiner. Elle se fait entendre notamment avec le Montreal Orchestra (Concerto en la mineur de Bach et Symphonie espagnole de Lalo, 1933), les Concerts symphoniques de Montréal (Concerto de Tchaïkovski, 1936), l'Orchestre symphonique de Toronto et l'Orchestre de la SRC à Montréal (Concerto de Mendelssohn), ainsi que d'autres orchestres. Violet Archer écrit pour elle Fantasy pour violon et piano, œuvre qu'elle crée à la SRC avec la compositrice en 1946. La même année, elle joue la Sonate pour violon et piano de Hugh Poynter Bell avec John Newmark au piano.

En 1940, Ethel Stark fonde la Symphonie féminine de Montréal, premier orchestre au Canada composé exclusivement de femmes. Elle le dirige jusqu'à la fin des années 1960. Elle est également fondatrice et directrice du New York Women's Chamber Orchestra (1938), de la Symphonietta Ethel Stark (1954) et des Cordes de la Symphonie féminine de Montréal (1954-1968). On l'invite à diriger les orchestres symphoniques de Toronto (1946), Québec (1950), Kol - Israël de Jérusalem (1952, 1962), Miami (1957, 1958, 1962), Tokyo Asahi et Nippon Hoso Kyokai (1960), ainsi que l'Orchestre de la SRC à Montréal à plusieurs reprises. Boursière du Conseils des Arts du Canada, elle entreprend (1962) des recherches sur la méthodologie du violon en Europe. Comme violoniste et chef d'orchestre, elle participe à plus de 300 émissions radiophoniques au Canada, aux États-Unis et en Europe.

Elle enseigne à l'Université catholique de Washington (1951), au Conservatoire de musique de Montréal (1952-1963) et à l'Université Concordia (1974-1975). Elle obtient en 1976 le prix de la Société des concerts des écoles juives populaires et des écoles Peretz décerné chaque année à une personnalité du monde artistique canadien. Elle est nommée membre de l'Ordre du Canada en 1979 et de l'Ordre du Québec en 2003, puis elle reçoit la médaille commémorative du 125e anniversaire de la Confédération du Canada en 1992. Les archives de Stark sont entreposées à la Bibliothèque et Archives du Canada.

Bibliographie

John FITZGERALD, « Plaudits abroad don't help the conductor at home », The Gazette (Montréal, 28 avr. 1976).

Ilse ZADROZNY, « Stark led our first female orchestra », The Gazette (Montréal, 4 nov. 1995).

Creative Canada, II.

Musiciennes de chez nous.


Lecture supplémentaire

  • Fitzgerald, John. 'Plaudits abroad don't help the conductor at home,' Montreal Gazette, 28 Apr 1976

    Zadrozny, Ilse. "Stark led our first female orchestra," Montreal Gazette, 4 Nov 1995

    Creative Canada, vol 2

    Musiciennes de chez nous

//