EPCOR Centre for the Performing Arts

En fin de compte, le comité recueille auprès du secteur privé 15 millions de dollars. Les travaux sont entamés en 1981, et le centre ouvre en 1985, au coût total de 79,9 millions de dollars.

EPCOR CENTRE for the Performing Arts
Le EPCOR CENTRE for the Performing Arts présente du théâtre, de la musique symphonique, de l'opéra ainsi que d'autres événements (photo de John Dean/Take Stock Inc).
Jack Concert Singer Concert Hall
Carthy orgue situé dans le hall du EPCOR CENTRE for the Performing Arts. Pour entendre l'ouverture du Concerto en g mineur de Francis Poulenc, interprétée par L'Orchestre philharmonique de Calgary, et Patrick Wedd à l'orgue, cliquez sur le bouton \u00ab Son \u00bb (avec la permission de la Société Radio-Canada).

EPCOR Centre for the Performing Arts

  EPCOR Centre for the Performing Arts (Calgary Centre for the Performing Arts 1985-2001). Complexe consacré aux arts et occupant un îlot urbain de quatre hectares sur la 8e  avenue, et comprenant une salle de concert, cinq théâtres, des ateliers de production, des salles de répétition et des bureaux. Rebaptisé EPCOR Centre for the Performing Arts en 2001, il incorpore deux lieux historiques déjà existants, l'édifice Burns et le Calgary Public Building, ainsi que le site de l'ancien Empress Theatre. Il a été conçu dans les années 1970, pour combler un besoin en nouvelles installations scéniques de Theatre Calgary, d'Alberta Theatre Projects et de l'Orchestre philharmonique de Calgary. La Calgary Region Arts Foundation met sur pied un comité de bénévoles dirigé par Martha Cohen pour produire une étude de faisabilité qui, en 1976, confirme ce besoin.

En fin de compte, le comité recueille auprès du secteur privé 15 millions de dollars. Les travaux sont entamés en 1981, et le centre ouvre en 1985, au coût total de 79,9 millions de dollars. Les gouvernements municipaux et provincial versent au Centre une subvention d'exploitation annuelle fixe de 2,4 millions de dollars.

Les architectes sont Raines Finlayson Barret and Partners de Calgary, Richard Pilbrow (de Grande-Bretagne) agissant comme consultant en conception. Les consultants en matière de théâtre sont Theatre Projects Consultants Ltd., de Londres et de New York, et les acousticiens, Russell Johnson and Artec Consultants Ltd. de New York.

Salles de spectacle

Le Jack Singer Concert Hall, salle de spectacle de l'Orchestre philharmonique de Calgary, reçoit son nom en mémoire d'un mécène de Calgary, dont les membres de la famille font des dons importants au projet. Conçu comme une chambre acoustique de forme rectangulaire et dessiné d'après la salle Musikvereinsaal de Vienne, il compte 1800 places et 200 sièges pour choristes situés derrière l'orchestre. L'acoustique peut être modifiée à l'aide d'une marquise de bois laminé suspendue au-dessus de la scène, de même que par des rideaux et bannières destinés à absorber les sons. À l'origine, la salle est aménagée pour l'enregistrement radio et télévision et, en 2004, des rénovations d'une valeur d'un million de dollars permettent d'ajouter au système de son de nouveaux microphones, haut-parleurs, moniteurs et casques d'écoute pour le public. Si le nombre de sièges relativement limité et de son effet sur la rentabilité fait l'objet d'une critique véhémente, l'acoustique est par contre universellement louée. Harold C. Schonberg, critique musical du New York Times, l'a désignée comme « l'une des meilleures salles de concert de l'hémisphère... un instrument à la sonorité brillante » (cité en anglais dans Radio Guide, mai 1987).

Le Max Bell Theatre, conçu conjointement avec son locataire à demeure, Theatre Calgary, compte 750 sièges. L'arc du proscenium peut passer de 8 à 12 mètres. La fondation Max Bell a fait un don d'un million de dollars au Centre. Le Martha Cohen Theatre est nommé en l'honneur de la présidente fondatrice du Centre, ainsi que pour rappeler le don d'un million de la famille Cohen. Avec ses 450 places et ses loges disposées sur plusieurs niveaux, il est conçu avec sa compagnie résidente, Alberta Theatre Projects, pour former un espace théâtral intime et polyvalent. Depuis 1985, trois nouveaux théâtres ont été ajoutés au complexe artistique. L'Engineered Air Theatre de 185 sièges, qui ouvre en 1994, accueille de petites représentations, conférences et réceptions communautaires. Certaines parties de son intérieur, y compris son balcon, ont été récupérées de l'Empress Theatre. Le Big Secret Theatre, construit pour One Yellow Rabbit Performance en 1995, a une capacité flexible de 130 à 246 sièges. Enfin, le Motel, ouvert en 2005, comprend 60 sièges et reçoit des artistes de théâtre expérimental et nouveau.

Concerts et programmes

Le Calgary Centre for the Performing Arts ouvre le 14 septembre 1985 avec un spectacle gala au Jack Singer Concert Hall, présentant de la musique orchestrale et chorale, de la danse et du théâtre ainsi que la création mondiale du ballet The Garden of the Heart de Brian Macdonald, musique de R. Murray Schafer, avec Maureen Forrester comme soliste. L'Orchestre philharmonique de Calgary célèbre son 30e anniversaire et l'inauguration du centre les 18 et 19 septembre, avec l'interprétation de la Symphonie no  8 de Mahler par plus de 400 musiciens provenant de l'Orchestre symphonique d'Edmonton, du Calgary Philharmonic Chorus, de trois chœurs d'enfants de Calgary et huit solistes, sous la baguette de Mario Bernardi. Durant la première année de fonctionnement du théâtre, chacune des organisations résidentes dépasse ses prévisions quant au revenu et à l'assistance. Aux concerts de l'Orchestre philharmonique de Calgary, la salle se remplit à 93 p. cent et les revenus provenant de la vente de billets augmentent de 60 p. cent au cours de cette saison.

La fondation Carthy de Calgary fait un don de 750 000 $ en vue de l'achat d'un orgue, en mémoire de Mme Margaret Mannix. Construit par Casavant Frères, l'instrument est conçu à la fois pour les récitals en solo et les concerts avec grand orchestre. On peut l'entendre pour la première fois le 6 mai 1987, alors que Simon Preston en est l'organiste, avec l'Orchestre philharmonique de Calgary sous la direction de Bernardi. Ce don est à l'origine du Calgary International Organ Festival, qui a lieu pour la première fois en octobre 1990. En 2006, le Centre reçoit deux pianos à queue Steinway, achetés grâce à un don de 250 000 $ de F.R. Matthews, qui servent pour la première fois en septembre 2006 à l'occasion d'un concert du pianiste Roberto Plano et de l'Orchestre philharmonique de Calgary.

L'EPCOR Centre for the Performing Arts a produit une vaste gamme d'événements musicaux, cinématographiques et communautaires annuels, en plus d'accueillir le Calgary International Children's Festival (qui débute en 1989) et le Honens International Piano Festival (fondé en 1991).

Au poste de directeurs du Centre, se sont succédés Christian Gurney (1985), Douglas Laughlan (1985-1996) et Colin Jackson (depuis août 1996).

Bibliographie

Eric DAWSON, « Calgary, an arts community fights for a place to grow », PfAC, XVI (printemps 1979).

Dan CLOUTIER, « A centre for stars to shine », Calgary Music Interest Digest, I, no 2 (1984).

Brian BRENNAN, « The Impossible dream comes true at Calgary Arts Centre », « Theatres named to honour outstanding Calgarians », « Woman power: the creative task force that gave birth and nurture to the idea », PfAC, XXII (automne 1985).

« Calgary Centre for the Performing Arts », OCan, XII (septembre 1985).

Frank TIVY, « Dream pipes », Prelude (14 novembre 1986).

« Calgary's lavish cultural palace had a successful first year », PfAC, XXIII (novembre 1986).

« Organ facts », Prelude, X (3 mars-23 avril 1988).

Martin MORROW, « Calgary's Centre for the Performing Arts opened 10 years ago... », Calgary Herald (16 septembre 1995).

Martin MORROW, « Man on a mission : arts centre boss... », Calgary Herald (15 septembre 1996).

« Calgary arts centre gets $4-million boost », The Globe and Mail (4 mai 2001).

« Epcor adds new pianos », Calgary Herald (29 septembre 2006).