Earle, David



Earle, David
Cofondateur du Toronto Dance Theatre (photo de Cylla von Tiedemann/avec la permission du Toronto Dance Theatre).

Earle, David

 David Earle, danseur et chorégraphe (Toronto, 17 sept. 1939). Earle est une source d'inspiration pour la DANSE MODERNE canadienne, non seulement par ses chorégraphies et son enseignement, mais aussi parce qu'il a été le mentor de générations de jeunes artistes oeuvrant dans le domaine de la danse. Il reçoit sa formation à Toronto, à l'ÉCOLE NATIONALE DE BALLET et étudie à New York avec Martha Graham. Après une saison avec la José Limon Dance Company, il participe à la fondation du London Contemporary Dance Theatre, en Angleterre. En 1968, il revient à Toronto et se joint à Peter RANDAZZO, ancien membre de la Martha Graham Dance Company, et à la torontoise Patricia BEATTY pour fonder le TORONTO DANCE THEATRE (TDT). Bien que tous les trois soient codirecteurs artistiques et chorégraphes attitrés, Earle est généralement reconnu comme celui qui a le plus d'influence sur le développement de la compagnie. En 1979, il met en place un programme de formation professionnelle à la School of Toronto Dance Theatre. Il est l'unique directeur artistique de la compagnie de 1987 à 1994 et en est artiste résident de 1994 à 1996, date à laquelle il quitte le TDT. Earle continue à enseigner et à présenter ses oeuvres sur scène.

Earle crée une centaine d'oeuvres, la plupart pour le TDT, notamment Baroque Suite, Atlantis, Boat River Moon et DreamsendIl réalise aussi des chorégraphies pour l'opéra, le cinéma et d'autres troupes de danse parmi lesquelles le BALLET NATIONAL DU CANADA, les BALLETS DE LA COLOMBIE-BRITANNIQUE et le Polish Dance Theatre de Varsovie. Le style d'Earle est théâtral, lyrique et souvent sensuel. Son sens très marqué de la composition formelle et son intérêt pour la forme humaine en tant qu'objet d'émerveillement et de beauté proviennent en partie de ses études sur l'art de la Renaissance et de l'époque baroque. Le point de rencontre entre la spiritualité et le désir charnel, soit le sacré et le profane, est un thème récurrent dans les chorégraphies d'Earle. Il a aussi montré son intérêt pour les rituels d'anciennes cultures et a réalisé des chorégraphies de nature extrêmement liturgique ou religieuse, notamment Sacra Conversazione, réalisée sur le Requiemde Mozart et toujours très populaire. L'une de ses premières oeuvres, Baroque Suite, crée en hommage à Limon, son mentor, est devenue un classique de la danse moderne canadienne.

Parmi les nombreux prix qu'il a reçus, citons le Clifford E. Lee Choregraphy Award avec la pièce Cloud Garden (1987) et le prix Jean A. Chalmers, catégorie chorégraphie (1994). Earle est nommé membre de l' ORDRE DU CANADA en 1996 et s'est mérité, en 2006, le Walter Carsen Prize pour l'ensemble de sa carrière dans les arts de la scène.


Lecture supplémentaire

  • Michel Green, David Earle: A Choreographic Biography (2006).