Fédération du Commonwealth coopératif (FCC)

Fédération du Commonwealth coopératif La Fédération du Commonwealth coopératif (FCC) a été fondée à Calgary en 1932. C’était une coalition politique de groupes progressistes, socialistes et syndicaux. Cette coalition cherchait à instaurer une réforme économique pour aider les Canadiens touchés par la crise des années 1930. Le parti a gouverné la Saskatchewan sous le premier ministre provincial Tommy Douglas, qui est devenu par la suite le premier chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) fédéral. La FCC a fusionné avec le Congrès du Travail du Canada (CTC) pour former le NPD en 1961. Bien que la FCC n’ait jamais détenu de pouvoir à l’échelle nationale, l’adoption de plusieurs de ses idées par les partis au pouvoir a grandement contribué au développement de l’État-providence canadien.

Fédération du Commonwealth coopératif La Fédération du Commonwealth coopératif (FCC) a été fondée à Calgary en 1932. C’était une coalition politique de groupes progressistes, socialistes et syndicaux. Cette coalition cherchait à instaurer une réforme économique pour aider les Canadiens touchés par la crise des années 1930. Le parti a gouverné la Saskatchewan sous le premier ministre provincial Tommy Douglas, qui est devenu par la suite le premier chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) fédéral. La FCC a fusionné avec le Congrès du Travail du Canada (CTC) pour former le NPD en 1961. Bien que la FCC n’ait jamais détenu de pouvoir à l’échelle nationale, l’adoption de plusieurs de ses idées par les partis au pouvoir a grandement contribué au développement de l’État-providence canadien.


Douglas, Tommy
Tommy Douglas, sous un panneau d'affichage de la Co-operative Commonwealth Federation peu de temps après son élection, en compagnie de C.M. Fines et de Clarence Gillis (avec la permission de la Saskatchewan Archives Board).
James Woodsworth, pasteur méthodiste, homme politique
Woodsworth est le plus connu parmi les ministres du culte partisans du mouvement Social Gospel et a guidé beaucoup de ses pairs vers le socialisme démocratique (avec la permission des Bibliothèque et Archives Canada/C-55449).

Agriculteurs et syndicats

Les fondateurs de la FCC sont un mélange d’organisations d’agriculteurs (dont les Fermiers unis de l’Alberta qui gouvernent la province), d’intellectuels de la League for Social Reconstruction (LSR) et du Ginger Group formé de députés d’Ottawa, allié à des syndicats d’agriculteurs.

En 1933, le parti se réunit à Regina et choisit James Shaver Woodworth comme premier président. James Shaver Woodsworth, un travailleur social, est député du Manitoba Independent Labor Party depuis 1921. Il est le chef reconnu de la FCC, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Parlement. Le parti adopte aussi le manifeste de Regina qui définit ses objectifs. Ceux-ci incluent la création d’une économie mixte par la nationalisation d’industries clés et par la création d’un État-providence avec des régimes de pensions universelles, des programmes d’assurance-maladie et de sécurité sociale, des allocations familiales, de l’assurance-chômage, des indemnités pour les travailleurs, et d’autres mesures semblables.

La FCC s’impose rapidement dans la vie politique canadienne. Elle élit des députés au Parlement et dans plusieurs législatures provinciales. En 1935, sept députés de la FCC sont envoyés à Ottawa ; le parti remporte 8,9 % du vote populaire. En 1940, huit députés sont élus avec 8,5 % du vote populaire.

Années de développement

Au début de la Deuxième Guerre mondiale, la FCC est divisée entre les partisans du pacifisme intransigeant de James Shaver Woodsworth, et ceux qui soutiennent l’implication du Canada dans le conflit.

Le major James William Coldwell, un enseignant qui succède à James Shaver Woodsworth en tant que chef du parti au cours de cette période, favorise la participation du Canada au conflit mondial. Sous sa direction modérée, le parti commence à prospérer. Il remporte l’élection partielle cruciale de York Sud en février 1942 ; par conséquent, le chef du Parti conservateur, l’ancien premier ministre Arthur Meighen, ne peut remporter un siège à la Chambre des communes. La FCC domine également le sondage Gallup national de septembre 1943, et elle arrive deuxième aux élections de l’Ontario de cette année-là. Dans un développement important, le parti entre au pouvoir en Saskatchewan sous Tommy Douglas. Ensuite, lors des élections fédérales de 1945, la FCC élit 28 députés à Ottawa, et remporte 15,6 % du vote populaire.

Soutien affaibli

Même si la FCC est bien implantée, sa popularité commence à décliner progressivement après la guerre. Parce que c’est un parti socialiste démocratique, on l’accuse d’être associé au communisme (voirParti communiste du Canada). Durant les tensions de la Guerre froide, cette perception est dommageable. Une tentative est faite en 1956 pour adoucir l’image du parti. Le manifeste de Regina est remplacé par un nouveau document modéré ; la déclaration de Winnipeg. Cependant, cette tentative n’arrive pas à renverser la tendance. En 1958, le parti subit une défaite désastreuse ; seuls huit députés sont élus avec un maigre 9,5 % du vote populaire. James William Coldwell et le chef adjoint Stanley Knowles sont défaits dans leur circonscription. (VoirÉlections de 1957 et de 1958.)

Formation du NPD

À la suite de cette débâcle électorale, un arrangement est négocié par David Lewis entre la FCC et le Congrès du Travail du Canada (CTC). David Lewis exhorte le CTC à l’aider à sauver le socialisme démocratique au Canada ; il accepte de conclure une alliance officielle avec la FCC pour créer un nouveau parti politique. En 1961, la FCC entre dans une nouvelle phase. Elle émerge d’une convention fondatrice en tant que « Nouveau Parti démocratique ».

Voir aussi : La montée de la Fédération du Commonwealth coopératif; Histoire des travailleurs; Collectivisme; Mouvement coopératif; League for Social Reconstruction; Parti travailliste; Fermiers unis du Canada; Système de partis canadien.