Obomsawin, Alanis



Alanis Obomsawin, cinéaste
Alanis Obomsawin, cinéaste autochtone (photo de Lois Siegel).\r\n

Obomsawin, Alanis

Alanis Obomsawin. Chanteuse, conteuse, cinéaste (près Lebanon, N.H., 31 août 1932). Indienne abénaki élevée dans la réserve d'Odanak, sur la rivière Saint-François, au nord-est de Montréal, puis à Trois-Rivières, elle a oeuvré à la conservation des cultures aborigènes au Canada par ses concerts et ses films. Elle fit ses débuts comme chanteuse vers 1960 lors d'un concert au Town Hall de New York organisé par Folkways Records. Ses spectacles, où elle s'accompagne d'un tambourin ou d'une crécelle, incluent des chansons et des chants de sa propre tribu et d'autres tribus également (toujours dans leur langue originale), ainsi que des contes en anglais et en français. Sur son disque Bush Lady (WaWa 01), paru à la fin des années 1980, elle interprète des chansons originales et traditionnelles avec accompagnement de flûte, hautbois, violon et violoncelle. Alanis Obomsawin s'est produite au Festival du printemps de Guelph, au CNA, à la PDA, au Festival de folklore Mariposa (où elle fut coordonnatrice des programmes de musique autochtone de 1970 à 1976) et à WOMAD (Harbourfront, 1990); elle a également donné des spectacles aux États-Unis et en Europe. Elle fut l'invitée régulière, dans les années 1970, de l'émission pour enfants « Sesame Street » du réseau amér. NET. Elle commença à réaliser des films et des documents audio-visuels pour l'ONF en 1967. En 1988, elle avait terminé huit films, dont Amisk (1977), consacré en partie à la musique des autochtones. Elle fut nommé membre de l'Ordre du Canada en 1983.